À partir de ce 9 février, le Palais des Sports, à Paris, accueille la comédie musicale 'Saturday Night Fever", avant une tournée. Pour l'occasion 'Pop & Co' s'attaque au film.

John Travolta dans "Saturday night fever"
John Travolta dans "Saturday night fever" © Getty / Bettmann

La scène d’ouverture de Saturday Night Fever se passe dans un quartier populaire de Brooklyn, en 1977. On y voit un homme aux souliers rouges. John Travolta, 23 ans, qui marche en dansant avec un pot de peinture à la main. Tony est italien et employé dans une quincaillerie.

De La Fièvre du samedi soir, il reste évidemment les voix de dauphins des Bee Gees. Travolta en slip noir devant la glace qui se rêve en Bruce Lee des discothèques et qui peaufine son brushing sous le « sirocco du séchoir ».

Comme il est question d’attirer la jeunesse dans les salles de cinéma, Travolta est évidemment en conflit avec ses parents. Il rentre à la maison, c’est comme s’il pénétrait en milieu hostile.

25 ans plus tard, le film a été réduit à la silhouette déhanchée de Travolta avec index pointé vers le ciel. C’est d’ailleurs cette silhouette qui deviendra le logo de la Star Academy. Parce que l’une des trames du fil est la préparation d’un concours de danse. Danser pour sortir de sa condition. Dans un articule paru dans Le Matin en avril 1978, Jean-Maurice de Montmorency décrit Travolta en« Rastignac de la hanche ».

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.