Au lendemain du décès de France Gall, survenu ce dimanche 7 janvier 2018, 'Pop & Co' rend hommage à l'une des chanteuses les plus importantes de la variété française. Un mois après la mort de Johnny Hallyday, c’est toute une page de la pop française qui est en train de se tourner.

Dans une interview au journal Le Monde du 21 octobre 2004, France Gall déclarait : 

À mes débuts, on considérait que nous, les chanteuses, n’étions que des collégiennes qui ne pouvaient pas être prises au sérieux.

En 1965, sa victoire à l’Eurovision avec "Poupée de cire, poupée de son" ne change pas du tout la donne. D’ailleurs, elle ne croyait pas à sa propre victoire et, après avoir chanté, elle était allée au café d’en face pour boire un verre de lait. 

"Poupée de cire, poupée de son" est une chanson qu’elle avait choisie : l’autobiographie d’une jeune chanteuse qui n’est pas à la place qu’elle voulait. Pourtant, avec son casque d’or et sa barrette au milieu du front, France Gall fut l’une des incarnations de la France des années 1960, pleine de couleurs, de jeunesse, de gaieté. Mais beaucoup des bijoux pop qu’elle chante à l’époque évoquent une autre face, plus sombre, des sixties : le mariage forcé, ou notre vie qu’on passe à essayer de la gagner. C’est ainsi, par exemple, tout le texte du morceau "Baby Bop".

Des nécrologies parues ce dimanche 7 janvier 2018 réduisent encore France Gall à trois hommes. Sur le site du Figaro, on peut lire

France Gall, égérie naïve de Gainsbourg, interprète inspirée de son mari Michel Berger, fille du parolier Robert Gall...

C’est oublier que ces hommes lui doivent leurs succès. C’est par exemple après "Poupée de cire, poupée de son" que Gainsbourg a pu remplir son carnet de commandes pour d’autres chanteuses. 

Mais il faut également rappeler que c’est la justesse et le sens de la mise en place de France Gall qui lui ont permis de travailler avec les plus grands arrangeurs français, de Michel Colombier à Alain Goraguer. Sous couvert de son timbre enfantin, France Gall a donné beaucoup d’ordres en chansons, avec des titres comme "Laisse-tomber les filles !", "N’écoute pas les idoles", "Débranche" ou "Résiste".

la suite à écouter...

►►► ALLER + LOIN | (ré)écouter Tubes & Co consacré à "Résiste" de France Gall

Légende du visuel principal:
France Gall lors de l'enregistrement de l'émission télévisée "Douce France", le 1er décembre 1965 © AFP / Bernard Pascucci / Ina
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.