Catherine Ringer est nommée dans la catégorie Artiste féminine de l'année aux Victoires de la Musique 2018. La cérémonie est retransmise sur France Inter, en direct de la Seine Musicale. L'occasion de revenir ce vendredi matin sur le titre "Marcia Baïla" des Rita Mitsouko dans 'Tubes & Co'.

Les Rita Mitsouko, Catherine Ringer et Fred Chichin chantant lors des Victoires de la Musique 1990
Les Rita Mitsouko, Catherine Ringer et Fred Chichin chantant lors des Victoires de la Musique 1990 © Getty / Bertrand Rindoff Petroff

En 1985, les sons électroniques, on en avait déjà plein les oreilles, mais pas des comme ça.

"Marcia Baïla" des Rita Mitsouko fait "dzoïng" comme si ça sortait d’un vieux jouet. La musique fut composée dans un deux-pièces cuisine, avec un vieil ordinateur. "Marcia Baïla", ou l’un des premiers tubes français fabriqués à la maison. Pour faire une grosse caisse, la légende raconte qu’ils tapaient sur un bottin. Une cloche arrive pour donner à l’affaire une tournure de mambo. 

La première intention des Rita Mitsouko fut de peaufiner leur son avec une technologie de pointe. Ils vont alors en Allemagne pour enregistrer avec un producteur de légende: Conny Plank, qui a produit les albums de Kraftwerk ou du duo Eurythmics. Conny choisit de garder les sons enregistrés dans la cuisine de Catherine Ringer et Fred Chichin, plutôt que de les passer au filtre de la technologie allemande.

Un son qui colle très bien à l’organe de Catherine Ringer : un coffre de chanteuse d’opéra mais qui donnerait de la voix sur les pavés. Tout ça allait avec une nouvelle attitude parmi les chanteuses de chez nous. Catherine Ringer vient du Music hall. Elle danse en pliant le genou très haut, déboule dans des robes en toilée cirée, s’affiche avec une dent en moins. La Ringer de déclarer sur le sujet : 

Parfois on n’a pas envie d’être beau mais moche et agressif. Je trouvais bien de montrer une image imparfaite. Assumer un côté crado. Moi, j’aime bien. 

Tandis que l’interview promo est l’occasion pour certains de se construire une respectabilité, avec la Ringer, ça devient du happening. Dans les cinq minutes et trente secondes que dure Marcia Baïla, elle fait tout avec sa voix : vocalise, roucoule, hoquette. Ce qui fait penser à un tube disco de l’année 1979.

Disco, mambo, électro: avec les Rita, le rock français mélange tout et sans complexe. Il faut dire que la France des années 1980 valorise le métissage culturel. Le groupe Carte de séjour reprend "Douce France" de Trenet avec des mélopées arabes dans ces années-là. C’était une autre époque, où les chanteurs ambitionnent de rendre ce monde meilleur en faisant dans l’humanitaire avec "We are the world" où "S.O.S Ethiopie". Dans le même temps, Marcia Baïla est au contraire une chanson de désespéré. L’une des rares chansons où l’on entend le mot cancer.

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.