Le duo britannique Sleaford Mods publie un nouvel album intitulé 'English Tapas'. Un disque qui sonne comme un coup de poing donné dans l'Angleterre qui a voté le Brexit.

Quand un disque sort, les artistes se plient au rituel de la promotion pour encourager les ventes. La plupart du temps, c’est une affaire cordiale. Mais il y a la manière Sleaford Mods, dont le chanteur a fait une annonce sur Internet. Sous une lumière blafarde, il vous regarde droit dans les yeux comme une teigne et il dit :

L’album s’appelle English Tapas. C’est nul. C’est anglais. Et par dessus tout : c’est de la merde !

Hargne et humour, c’est Sleaford mods.

Comme ils le disent en ouverture d’une de leurs chansons : "le punk n’est pas mort". Sleaford Mods, c’est Andrew Fearn qui fabrique des boucles épileptiques avec une basse qui halète. C’est aussi Jason Williamson, chanteur-rappeur, avec un gros accent des Midlands.

L’un de leurs morceaux s’intitule "B.H.S." comme British Home Stores, une chaîne de magasins qui existait depuis 88 ans et qui a fermé toutes ses enseignes à l’été 2016. B.H.S., ou le cauchemar économique. Trois consonnes pour raconter une Angleterre qui touche le fond.

Le quotidien The Guardian qualifie Sleaford Mods de « groupe le plus en colère d’Angleterre ». Leurs fans les appellent plutôt « la voix de l’Angleterre ». Celle que l’on n’entend pas. Celle qui se retrouve sur le carreau. Celle qui se bastonne dans les parkings et écluse ses désillusions au pub.

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.