'Satingarona - Pt 1', c’est un premier album signé The Bongo Hop. Et c’est l’affiche de 'Pop & Co' ce mardi, car Rebecca Manzoni veut réchauffer nos matins gris.

Marie-Pierre Planchon vous le dira à coup sûr : partout en France, ça caille ! Voici donc un disque pour faire monter le mercure et bouger les épaules, comme tout le reste. Cap sur la Colombie, avec, notamment, la voix de Nidia Gongora.

Sous le nom de The Bongo Hop, avance un Français qui s’appelle Étienne Sevet. Il est journaliste, prof, urbaniste et trompettiste. Pourquoi la trompette ? Parce que gamin, il a passé des heures à écouter Miles Davis dans Ascenseur pour l'échafaud, allongé sur la moquette et les yeux collés au plafond. Mais c’est une fois installé en Colombie qu’Étienne Sevet s’est mis à la trompette. Parce que comme il le dit :

Dans ce pays, vous faites le bruit que vous voulez faire, les voisins ne disent jamais rien.

Si la musique latine conduit forcément aux cuivres, les morceaux composés par Étienne Sevet sont l’occasion d’aller au-delà des clichés qu’on peut avoir sur la Colombie, vue d’ici. Quand on dit Colombie, on ne pense pas forcément hip-hop, par exemple. Pourtant là-bas, c’est une scène musicale dynamique.

C’est à l’occasion de soirées qu’il organisait, qu’Étienne Sevet a repéré le rappeur Maïk Sell. Dans un morceau intitulé "Nowa", Maïk Cell dit sa fierté d’être afro-colombien dans un pays où la discrimination contre les Noirs existe aussi.

Maïk Cell ou la preuve que l’espagnol peut être une langue idéale pour avoir un bon flow.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.