À l'occasion de la diffusion sur Arte, vendredi 12 mai, du documentaire 'Eurovisions' consacré au programme télévisuel le plus regardé d'Europe, voici un 'Pop & Co' "Eurovision".

Lordi vainqueur du concours Eurovision pour la Finlande en 2006
Lordi vainqueur du concours Eurovision pour la Finlande en 2006 © AFP / SARI GUSTAFSSON

La finale de la 62ème édition du Concours Eurovision de la chanson se tient à Kiev, en Ukraine, ce samedi 13 mai 2017. À la veille de cet événement, Arte diffuse le documentaire Eurovisions de Claire Laborey. Celui-ci se penche sur l'histoire du concours et ses coulisses.

En 2006, la Finlande est désespérée. Après avoir essuyé des échecs cuisants avec du tango finlandais et du reggae finlandais, elle tente le tout pour le tout avec le groupe Lordi. Sur scène, les gars de cette formation sont déguisés en monstres eten zombies. C’est cohérent, puisque les paroles de cette chanson sont :

Des ailes dans le dos, j'ai des cornes au front. Mes crocs sont acérés et mes yeux sont rouges.

Leur morceau s’intitule "Hard Rock Hallelujah" ; il permet à la Finlande de l’emporter enfin.

Eurovisions de Claire Laborey revient évidemment sur les audaces musicales et vestimentaires de ce concours qui consterne les uns et fait marrer les autres. Mais le film rend compte aussi des recherches universitaires qui se multiplient sur la question depuis une dizaine d’années. On entend donc des paroles de chercheurs qui participent à des colloques intitulés : Identités sexuelles et Eurovision. Car, Claire Laborey le rappelle, c’est précisément au moment où le mariage pour tous est en débat dans plusieurs pays d’Europe, que Conchita Wurst, parfaitement manucurée et barbue, devient lauréate, en 2014.

Toutefois, l’Eurovision comme tribune pour les droits des homosexuels, c’est en 1961 que ça a commencé. Le chanteur français Jean-Claude Pascal gagne le concours sous les couleurs du Luxembourg avec "Nous les Amoureux". On le sait peu, mais cette chanson évoque un amour entre hommes que la société refuse. Ensuite, en 1998 : la transsexuelle Dana International représente Israël et gagne le concours. 2002 : un trio de travestis habillés en hôtesses de l’air représente la Slovénie.

2007 : c’est un autre travesti, Verka Serduchka, qui avance sous les couleurs de l’Ukraine avec un morceau intitulé "Dancing Lasha Tumbai". Le refrain scande les mots « Lasha Tumbai », mais tout le monde entend « Russia Goodbye », soit « Russie, au revoir ». En effet, c’est aussi par chansons interposées que Russie et Ukraine s’affrontent aujourd’hui.

Avec ses éclairages multiples sur la politique internationale, c’est comme si le documentaire de Claire Laborey faisait se croiser robes à paillettes et talons compensés avec Bernard Guetta. Car l’Eurovision, c’est géopolitique... depuis le début !

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.