A l'occasion de la diffusion sur Arte, le 22 février, et à la Gaîté lyrique dans le cadre du F.A.M.E 2019, festival international de films sur la musique, le 14 février, du documentaire "High Energy – Le disco survolté des années 80", d’Olivier Monssens, Pop & Co se penche sur la High Energy, courant musical charnière.

Aux Etats-Unis, le 12 juillet 1979 a lieu un autodafé de disques. A l’initiative d’un DJ local, les spectateurs d’un stade de Chicago font sauter des vinyles disco à l’explosif. C’est la Disco Demolition Night, soit la haine de l’Amérique blanche et conservatrice contre une musique associée aux homosexuel·le·s et aux Afro-américain·e·s.

Le documentaire High Energy - Le disco survolté des années 80 est donc le récit d’une résistance, dont le réalisateur Olivier Monssens retrace les grandes étapes. Les débuts se font à San Francisco avec un homme de 28 ans qui s'appelle Patrick Cowley, c’est son nom. Un génie des synthétiseurs et un pionnier de la musique électronique. Il pose les fondamentaux de ce que l’on va appeler la High Energy en revisitant "I Feel Love", par Donna Summer.

Le disco était déclaré mort ? Qu'à cela ne tienne. C’est dans les clubs gays que le genre va survivre et muter, à l'initiative des DJ. Ce ne sont plus les musiciens, mais les DJ, leur savoir-faire de producteur et leur maniement des synthétiseurs qui vont compter désormais.

A Londres, au Heaven, le club gay le plus important de la ville, le DJ Ian Levine crée un hymne pour ce disco réinventé. Le disco était déclaré mort ? "High Energy" va le revendiquer. Le morceau "High Energy", interprété par Evelyn Thomas, est directement inspiré du son d’une autre chanson, "Relax", du groupe Frankie Goes To Hollywood.

Le disco était déclaré mort ? La High Energy sera donc du disco, mais au carré : plus de drogues et plus de sexe. La bande-son d’une communauté gay, avant qu’elle ne soit décimée par le Sida. Même si l'on ne comprend rien à l’anglais, le clip de "Relax" laisse entendre que les garçons de Frankie Goes To Hollywood n’étaient pas là pour taper une belote. Hymne au sexe et à la jouissance, "Relax" et son clip sont censurés sur la BBC comme sur MTV. Mais le morceau s’impose dans les têtes... et l’industrie plie.

Les sons synthétiques et sous speed de la High Energy se mondialisent. Ils sont récupérés par les usines à tubes, de New York à Berlin, en passant par Londres et Milan. Dans sa version italienne, la Hi-NRG devient italo-disco, avec les frères La Bionda. Ils vont produire le tube d’un duo italien qui chante en espagnol : "Vamos a la Playa" !

la suite à écouter...

Le documentaire High Energy – Le disco survolté des années 80, d’Olivier Monssens est diffusé sur Arte le 22 février 2019 à 22h30.

Il est également projeté en ouverture du F.A.M.E 2019, festival international de films sur la musique, à la Gaîté lyrique, à Paris, le 14 février 2019.

  • Légende du visuel principal: Le documentaire 'High energy – Le disco survolté des années 80' plonge dans les coulisses d’un très bouillonnant mouvement musical © Flair Productions
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.