Pour le troisième épisode de la série de Pop & Co dédiée à Springsteen, Rebecca Manzoni s'appuie sur le spectacle que Bruce donne à Broadway jusqu'à la mi-décembre et qui fera l'objet d'un film disponible sur Netflix et d'un double CD dont France Inter est partenaire. “Springsteen on Broadway” est au programme.

Sur scène, il n’y a que lui et sa guitare. Il est totalement dans l’ombre. On entend juste le bruit de ses pas. À ce seul son, on devine qu’il porte des godillots aussi lourds que des chaussures de chantier. La lumière se fait sur Springsteen qui raconte ses rêves d'enfant :

J’écoute la radio et je me dis que je suis aussi bon que le type que j’entends jouer. Alors pourquoi pas moi ?

Réponse : « Parce que je vis dans une putain de cambrousse ! »

Cette « putain de cambrousse » s'appelle Freehold, le village dans le New Jersey où Bruce Springsteen a grandi. Il n’en parle pas pour s’en plaindre ou pour se vanter d’en être parti. Il parle de là d'où il vient par loyauté, parce que Freehold l’a façonné. En revenant sans cesse à son bled paumé, il écrit des morceaux qui parlent au monde entier. La chanson "My Hometown" est le récit d’une balade en voiture. Le gamin est sur les genoux de son père qui lui dit : « Regarde bien, c’est ta ville natale. »

Dans son autobiographie intitulée Born to Run, Springsteen constate qu’aujourd’hui, le rock met un genou à terre. Il écrit :  

Le pouvoir du rock a diminué au profit du hip-hop et de toutes sortes d’autres genres musicaux excitants, davantage en phase avec l’esprit du temps.

Il ne le regrette pas. Il ne verse jamais dans le « c’était mieux avant ». C’est juste que le rock’n’roll, c’est son histoire et il ne va pas faire semblant. Tout le début de son spectacle raconte sa découverte d’Elvis, à la télévision, un dimanche soir de l’année 1956. Sa mère lui loue une guitare, il prend des cours intensifs pendant deux semaines. Et puis il laisse tomber. Il le raconte avec humour dans ce spectacle Springsteen on Broadway :

Donnez-moi les trois accords magiques, s’il vous plaît. Et laissez-moi twister ! Et crier.

Tandis que le cliché de la rockstar est lié à l’arrogance, à la déglingue et à la facilité, Springsteen confie son labeur. Le rockeur humble, qui s’entretient physiquement pour tout donner au public. Le spectacle filmé Springsteen on Broadway dure deux heures et demi. Deux heures et demi de la vie d’un homme de 69 ans qui compare la jeunesse à une page blanche.

la suite à écouter...

ALLER + LOIN

(ré)écouter le premier épisode de la semaine spéciale de Pop & Co dédiée à Bruce Springsteen : « Avec “The River”, Bruce devient rockstar »

(ré)écouter le deuxième épisode de la semaine spéciale de Pop & Co dédiée à Bruce Springsteen : « Bruce, Annie Ernaux et les Gilets jaunes »

(ré)écouter le quatrième épisode de la semaine spéciale de Pop & Co dédiée à Bruce Springsteen : « Tubes & Co - La nuit appartient à Bruce et Patti Smith »

(ré)écouter notre playlist Bruce Springsteen

AGENDA : Bruce Springsteen était dans Popopop d'Antoine de Caunes ce jeudi 13 décembre à 16 heures pour une interview exclusive sur France Inter et sur franceinter.fr

Légende du visuel principal:
Le film "Springsteen on Broadway" est disponible sur Netflix à partir du 16 décembre prochain. © Kevin Mazur / Netflix
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.