'Les Choses qu’on ne peut dire à personne', c’est le titre de l’album choisi ce mardi par Rebecca Manzoni pour être la nouveauté de 'Pop & Co'. Il est signé Bertrand Burgalat.

C’est un disque qui commence par une voix anonyme : celle que l’on entend dans les aéroports quand nous sommes en transit. On est à peine installé que déjà l’appareil amorce une descente en piqué. Mais Burgalat n’est pas homme à vous faire vivre des frayeurs inutiles. C’est un gentleman. L’avion trouve son assiette et l’horizon s’éclaircit.

Dans un beau texte de présentation de cet album, l’écrivaine Marie-Dominique Lelièvre écrit à propos de Bertrand Burgalat :

On le croit musicien, il est cinéaste.

Sur les dix-neuf plages qui composent ce disque, six sont des instrumentaux, comme des bandes-originales de courts-métrages. Avec leurs orchestrations sophistiquées, les chansons de Burgalat sont parfois comme une boule à facettes dans un décor de Caraïbes. Une certaine idée de la volupté.

À l’heure où beaucoup d’interprètes français s’essaient au débit heurté des rappeurs, le phrasé de Burgalat, c’est du coulé. Des consonnes qui chuintent et des accents circonflexes sur les 'A'.

Bertrand Burgalat a 54 ans. Il publie son sixième album alors que l’on peut lire son nom sur les disques de beaucoup d’autres : Marc Lavoine, Michel Houellebecq ou le groupe anglais Supergrass. Il y est arrangeur, musicien ou compositeur. Bertrand Burgalat est aussi patron d’un label qui s’appelle Tricatel où des génies de l’ombre comme André Popp ou David Whitaker ont les honneurs. Il se dit donc chanteur par défaut. C’est curieux, parce que sur disque il incarne totalement son personnage avec sincérité et autodérision.

la suite à écouter...

Les Choses qu’on ne peut dire à personne, nouvel album de Bertrand Burgalat, est paru sur son label, Tricatel.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.