Le nouvel album du groupe Vaudou Game, formation afro-funk menée par Peter Solo, s'intitule “Otodi”. C'est l'acronyme de “Office togolais du disque”, le studio où il a été enregistré.

À propos de l'enregistrement de ce disque, Vaudou Game raconte :

On a joué quasiment à poil parce qu’il n’y avait pas de clim’ dans le studio.

Ce studio est à Lomé, capitale du Togo. Du premier magnéto branché, il n’est pas sorti du son mais de la fumée. Le nom de ce studio, c’est l’OTODI, comme Office Togolais du Disque. C’est là que Peter Solo, fondateur de Vaudou Game, a voulu enregistrer cet album.

Peter Solo a 47 ans. Il est togolais et il vit à Lyon depuis une vingtaine d’années. Retourner à Lomé, c’est donc renouer avec ses origines. Faire revivre l’OTODI laissé à l’abandon depuis des dizaines d’années, c’est ressusciter une chaleur, un son et des voix qui ont résonné là.

Dans la chanson "Something is wrong", on peut entendre : « Tu n’as pas à partir, tu n’as pas à courir ». Cette voix qui encourage le retour au pays c’est celle de Roger Damawuzan, l’oncle de Peter Solo. Avec lui, des musiciens de Lomé et de Lyon, Peter Solo fait revivre le funk togolais. Une musique qui fait le lien entre les rythmes, les gammes vaudou dont le Togo est l’un des berceaux, et le funk. Dans les années 1970, Roger Damawuzan était surnommé « le James Brown du Togo ».

Avec ce nouvel album, Vaudou Game salue la bande-son qui a suivi l’indépendance des pays d’Afrique de l’Ouest dans les années 1960. Des musiques jouées par des formations comme le Polyrythmo, Orchestre tout puissant de Cotonou ou les As du Bénin.

Si les compositions de Vaudou Game sont inédites, elles puisent dans les mélanges qu’ils ont initiés : l'afro-funk, mais aussi les cordes de l’afro-disco avec un violon chinois dans l’orchestre.

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
Le nouvel album de Vaudou Game s'intitule 'Otodi'. © Julien Lebrun
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.