En exclusivité, pour cet épisode de Tubes & Co dédié à "Mala Vida", standard du rock alternatif français des années 1980, devenez ingénieur du son, amusez-vous avec les pistes du tube de la Mano Negra et (ré)inventez votre propre version. Une chronique réalisée grâce à la complicité bienveillante d'Antoine Chao.

Peut-être certain·e·s des auditeur·rice·s de Tubes & Co ont connu cette situation : un élan de générosité mal contrôlé qui fait confier les clefs de la maison aux enfants, pour l’organisation d’une « petite fête ». En jetant un coup d’œil aux morceaux prévus, repérer "Mala Vida" de la Mano Negra, c'est s'attendre à ce que les mômes passent la baraque à la sulfateuse.

On ne comprend rien aux paroles ? Ce n'est pas grave ; ce qui compte, c’est la vitesse. Avec sa batterie sous speed, "Mala Vida" nous rend avide. Cela nous dit que la vie, c’est tout de suite, maintenant, et pas sur un compte épargne. On chante en yaourt en chopant des mots comme des lianes genre « Mi Corazon ». Et on fait faire des saltos arrière à l’espagnol, avant de retomber sur nos pattes.

En 1988, François Mitterrand attaque son deuxième septennat et, environ un an plus tôt, dans les pages du Figaro Magazine, le journaliste Louis Pauwels décrivait la jeunesse avec ces mots-là :

Ce sont les enfants du rock débile. Rien ne leur paraît meilleur que de n’être rien, mais tous ensemble, pour aller nulle part.

Et Pauwels terminait en disant que cette jeunesse était atteinte de « Sida mental ».

Mais "Mala Vida", ça veut dire quoi ? Le mal de vivre. C'est l’histoire d’un garçon qui brûle d’amour pour une gitane qui le maltraite. Et si c’était la France, cette gitane ingrate ? La France des renoncements socialistes, la France des 14 % du Front National aux élections législatives. A cette France, la Mano Negra et la scène alternative de ces années-là disaient :

Trop de chefs. Pas assez d’Indiens.

Pour cet épisode de Tubes & Co, Antoine Chao a mis sa lampe frontale pour retrouver les bandes de "Mala Vida" dans un entrepôt de la banlieue parisienne. Et parmi ces bandes, il y avait le premier jet du morceau. Avec l’urgence du punk ; on fait avec les moyens du bord.

Dans les boîtes retrouvées par Antoine Chao, il y avait aussi la piste vocale du morceau. Ecouter la voix seule de son frère Manu, c’est entendre que ces fils d’émigré·e·s espagnol·e·s ont été bercés au flamenco. Manu Chao chante en se brisant la voix avec la même ferveur que Camarón de la Isla. Du flamenco rock’n’roll, hirsute et en sueur.

Dans les boîtes retrouvées par Antoine Chao, en réalité, il y avait les 24 pistes du morceau ! "Mala Vida" serait une fusion de tout ce qu’écoutaient ces gars-là. Une sorte de compression à la César, mais en sons. Ainsi, lorsque l'on effeuille un passage de ce morceau, on trouve :

  • Une guitare acoustique qui fait la pompe, comme dans le jazz manouche ;
  • Une guitare électrique venue du rockabilly ;
  • Un orgue à toute berzingue et qui tournoie ;
  • Et puis des trompettes, inspirées de la salsa.

la suite à écouter...

[EXCLUSIF] Composez votre propre version de "Mala Vida" à partir des différentes pistes du morceau

Légende du visuel principal:
"Mala Vida" confère à la Mano Negra son statut de groupe majeur du rock alternatif français des années 1980 et 1990 © Getty / Eric CATARINA / STILLS / Gamma-Rapho
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.