Soft Machines, « Machines Douces » en français dans le texte, c’est le premier album d’un groupe qui se fait appeler Rocky.

Et c’est la prescription du Pop And Co du jour : 2 cuillerées à soupe avant chaque repas, ça pourrait être la posologie. Parce que mettre un disque, par les temps qui courent, c’est une résistance modeste aux nouvelles du jour. S’évader de la planète Trump, de Mossoul ou de notre présidentielle à venir. Pas longtemps. Quelques minutes seulement.

Et pour aller où ? Pourquoi pas un night – club. Ça peut être pas mal comme abri. Ce premier album de Rocky vous propose d’en pousser les portes. Même à l’heure du café et des tartines. La femme qui vous accueille est une beauté noire : moulée dans une combinaison à paillettes, elle fait glisser ses talons aiguilles sur la piste. Elle vous accueille à bras ouverts et tout sourire ... Voici Rocky.

Rocky est un quatuor de… Lille. Un groupe qui fait donc le pont entre les Hauts de France et la musique entendue à New York, Chicago ou Manchester. 3 garçons, multi – instrumentistes et la voix soul d’une jeune femme qui s’appelle Inès Kokou. A l’heure d’hiver, ces quatre - là se veulent lumineux. Et résolument positif.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.