Pour ouvrir une semaine de 'Pop & Co' consacrée aux nouveaux albums de la scène française, Didier Varrod présente Stéphane Milochevitch, un garçon qui avance sous le nom de Thousand. 'Le Tunnel végétal', son nouvel album, a paru sur le label Talitres.

Ce matin vous nous présentez l’album d’un dénommé Thousand. Thousand c’est le projet de Stéphane Milochevitch. 

Une adolescence passée au Texas, batteur dès l’âge de sept ans, un premier album de folk en 2008. Puis un autre en 2015 jusqu’à ce « Le Tunnel Végétal », titre de son nouvel opus, le premier à être entièrement écrit en français. Et qui selon vous est bien plus qu’une révélation.

Oui Marc, j’ose le dire : ce disque est un éblouissement total. Et un artiste qui écrit et chante un brin distancié dans une chanson d’amour « « J’ai vu l’avenir du monde dans ton regard, je jure sur la tête de Robert Ménard » est forcément un chanteur intriguant, que l’on a envie de connaitre. 

Extrait de « la vie de mes sœurs » 

N’y allons pas par quatre refrains, Thousand, est probablement l’un des artistes les plus excitants du moment parce qu’assurément le plus audacieux, le plus cultivé, le plus inspiré, le plus inventif, le plus drôle aussi. Cette addition de « plus » musclent l’intensité de ces 10 chansons parfaitement brodées, pop et instable à la fois, et donnent la mesure de ce que signifie avoir du style.  Être à la fois dans son époque et fréquenter l’intemporel, se considérer comme le sujet idéal d’un panthéon pop, et réussir à être parfois aussi lapidaire que les rappeurs, en réussissant par exemple à poser plusieurs fois cette question apriori anecdotique mais devenue pour Thousand tout à fait existentielle « Mais qu’est-ce que tu caches papa dans le coffre de la Xantia ? »

Extrait de « Salomé » 

Et cette même question est reposée par Thousand dans une autre chanson intitulée « la Relève »

Extrait « La relève » 

Pour Thousand, Didier le coffre de la Xantia, c’est évidemment la métaphore de l’enfance…

Oui, et plus précisément c’est la voiture du père. Donc de l’autorité. Et ce qui est caché dans le coffre, c’est ce qui vérole les souvenirs d’enfance. Toute l’inspiration de Thousand procède de cette mécanique d’inspiration où le grand sommeil produit un bouquet d’allégories. Un creuset d’images réalistes qui se cognent à l’imaginaire débridée de quelques-uns de ces héros plumitifs ou cinéastes. Tarkoswki réalisateur de Solaris, ou Bioy Casarès, romancier de « l’invention de Morel ». De fait, cet album c’est un réel plan d’évasion, au sens de ce qu’écrivait précisément Bioy Casarès. L’immersion dans une contrée où tout à coup l’impossible devient possible, le temps devient cyclique et l’on devient immortel, avec ce tunnel végétal qui mène à l’amour. Comme dans cette sublime chanson d’amour.

Extrait de « la nuit des plus beaux jours de ta vie »

Thousand a écrit cet album à partir de ses propres rêves. Avec le vœu de rendre le rêve réalité et de faire des pirouettes avec le temps. Il vient de signer le renouveau de la pop française sans avoir écouté Bashung ni Murat. Monsieur rêve, Thousand, est un inventeur, son « tunnel végétal » un manifeste. 

Légende du visuel principal:
Stéphane Milochevitch, alias Thousand, publie "Le Tunnel végétal", un nouvel album. © Mélanie Elbaz
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.