Ludwig van Beethoven et 'La Fièvre du samedi soir', Beethoven et Johnny Hallyday ou encore Beethoven et Kubrick... Bref, Beethoven, icône pop', c’est 'Pop & Co' !

13 octobre 2016, exposition "Ludwig Van - Le Mythe Beethoven", à la Philharmonie de Paris jusqu'au 29 janvier 2017.
13 octobre 2016, exposition "Ludwig Van - Le Mythe Beethoven", à la Philharmonie de Paris jusqu'au 29 janvier 2017. © Maxppp / IAN LANGSDON/EPA/Newscom

Ludwig Van - Le Mythe Beethoven, c’est le titre d’une exposition qui se tient à la Philharmonie de Paris jusqu’au 29 Janvier 2017. Quelle empreinte Beethoven a-t-il laissé dans la culture pop ?

Les huit salles d’exposition de la Philharmonie de Paris vous baladent dans les créations que Beethoven a inspirées depuis sa mort, le 26 Mars 1827. Parce que de la publicité au cinéma en passant par le rock and roll, Beethoven est partout.

Chuck Berry, par exemple, l’un des papas du rock and roll, signe l’un de ses premiers tubes avec « Roll Over Beethoven ». Et dans le refrain, Chuck dit :

Retourne dans ta tombe Beethoven. Et passe la nouvelle à Tchaïkovski. J’ai besoin d’un shoot de rythm and blues.

Beethoven est donc celui que Chuck Berry cite et bouscule pour mettre un coup de pied dans la hiérarchie. Cette hiérarchie qui plaçait la musique classique tout en haut, à destination d’un public éclairé ; cette hiérarchie qui plaçait le rock and roll tout en bas, à destination d’une bande de primitifs.

Si Chuck Berry pose les fondements du rock contre Beethoven, la pop a, quant à elle, fini par faire avec lui. Au point qu'elle s’approprie les tubes de Ludwig. Parmi eux : le premier mouvement de la Cinquième symphonie.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.