C'est un premier album qui est à l'affiche du Pop & Co de Rebecca Manzoni ce jeudi. Il est signé d'un groupe familial et américain qui s'intitule les Sha La Das. Familial, car il est emmené par un père de famille, Bill Schalda, l'une des grandes voix oubliées du doo-wop des années 1960, accompagné de ses trois fils.

La scène se passe dans le quartier de Bushwick, à l’Est de Brooklyn, New York. Plus précisément dans le petit studio du label Daptone, qui réunit la crème des musiciens soul du XXIème siècle. Les cuivres maison s’appellent les Dap-Kings. La section rythmique est assurée par le Menahan Street Band. Le vieux Bill Schalda, un homme qui fut ténor dans un groupe vocal des années 1960, chante :

Ton amour, c’est comme un carnaval qui gronde en ville. Un truc pas fiable, des sentiments déguisés qui me font tourner en bourrique. 

William Schalda Sr. a tourné le dos à l’industrie du disque pour élever ses trois fils, mais l’art de l’arrangement et des harmonies ne l’a jamais quitté. Love in the Wind, premier album des Sha La Das, est donc la trace magnifique d’un héritage, transmis par un père à ses trois gaillards.

Un album pour célébrer la beauté brute de ces harmonies vocales dans un écrin sixties. Tout cela, à rebours du numérique et de la tendance pour l’utilisation de logiciels qui corrigent et transforment les voix. On les écoute et on les imagine, bouche tendue vers le micro, comme on voyait la famille des Beach Boys sur des photos sépia.

Love in the Wind, c'est 11 chansons lumineuses et bourrées de mélancolie. On trouve par exemple un morceau qui relève d’une tradition très américaine : la chanson de Noël. Sur ce titre, intitulé "Sha La da La La (Christmas Time)", les Sha La Das deviennent la voix d’un paradis perdu, la nostalgie d’une féerie.

Plusieurs chansons ont été écrites par William Schalda père et par Tom Brenneck, un producteur affilié au label Daptone, qui signe l’identité sonore du disque. C’est l’ambition de renouer avec le doo-wop, un style vocal notamment incarné par les Platters, qui réunit ces deux-là. Leur amour pour une musique des années 1950 qui a mené à la naissance du rock’n’roll, d’abord, au psychédélisme, plus tard, et à laquelle ils ajoutent des soupçons de soul.

Toujours sur ce disque, un groupe de musiciens déroule le tapis rouge pour The Sha La Das...

la suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: Bill Schalda et ses trois fils composent le groupe Sha La Das qui signe son premier album "Love In The Wind" sur le label Daptone Records © Justin Borucki
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.