À l'occasion de la parution du coffret "Keep On Keeping On", comprenant les quatre premiers albums studio remasterisés de Curtis Mayfield, représentant la période 1970-1974, Pop & Co se penche sur le premier de ceux-ci, un disque sobrement intitulé "Curtis" et qui raconte une certaine époque...

Un jour du printemps 1970, dans le studio Curtom Records, à Chicago, Curtis Mayfield et son ingénieur du son enregistrent un morceau intitulé "(Don't Worry) If There's a Hell Below, We're All Going to Go". Un titre que l'on peut traduire par « (N'ayez pas peur.) Si l'enfer existe, on va tou·te·s y aller ».

Au cours des années 1960, avec son groupe The Impressions, Curtis Mayfield a connu la gloire. En 1970, pour la première fois, il se lance en solo. Jusqu’ici, il a accompagné la lutte pour les droits civiques. Mais, en 1970, pour les Afro-américain·e·s, le temps est à la désillusion. Dans son livre Move On Up - La soul en 100 disques, Nicolas Rogès rappelle les faits : 

  • Martin Luther King a été assassiné ;
  • Le salaire des Noir·e·s représente seulement 55 % de celui des Blanc·he·s ;
  • 35 % des Noir·e·s sont au chômage ;
  • Des émeutes ont éclaté à Los Angeles, Détroit, Newark... avec des morts et des blessés ;
  • Richard Nixon entame la première année de son mandat.

Curtis Mayfield cite une des phrases du Président Nixon dans son morceau. À Nixon, qui disait aux Américain·e·s : « N’ayez pas peur ! », Curtis ajoute avec ironie et douceur : « N’ayez pas peur ! Si l’enfer existe, on va tou·te·s y aller. »

L'album Curtis raconte l’engagement d’un homme, en même temps qu’il est une pierre de touche dans l’histoire de la musique. Curtis Mayfield fait bouger les lignes en inventant une soul qui fricote avec le funk, le psychédélisme, les rythmes latino, la pop symphonique. 

Par exemple, au cœur du morceau intitulé "We the People Who Are Darker Than Blue", Curtis Mayfield expérimente, change de braquet, se moque du refrain et des couplets. Il lâche la réalité du monde pour la féerie.

En 1970, face aux caméras, Curtis Mayfield déclarait : 

J’aimerais que les Blancs comprennent qu’on n’est pas seulement là pour les faire onduler du bassin. Nous sommes des gens qui avons une culture, une exigence, une identité. Et qui voulons une place dans cette société.

L’album Curtis, c’est le génie d’une musique pour les hanches, tout en nous rappelant qu’on a un cerveau. Réflexion et groove, dans un même élan. La chanson "Move On Up" clame : « Avance ! Élève-toi ! Arrête de chouiner. T’as ton mot à dire ! » Puis, le morceau se déploie et l'on voudrait que ça ne s’arrête plus. On regarde le compteur : on voit que ça dure 8 minutes. Une chanson vaste, avec des instrumentaux qui occupent tout l’espace.

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
En 1970, Curtis Mayfield commence une carrière solo avec un premier album intitulé 'Curtis' © Getty / Michael Ochs Archives
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.