En 2007, Rihanna a déjà signé deux albums. Mais il lui manque encore un tube pour compléter ce succès prometteur. En 2007, Rihanna pose sa voix sur un morceau proposé initialement à Britney Spears et refusé par l'équipe de cette dernière. En 2007, Rihanna chante le joyau pop "Umbrella" et devient une star mondiale.

Au tout début du morceau "Umbrella", l’arrivée de la demoiselle est annoncée par un Monsieur Loyal : le rappeur JAY-Z qui la présente comme « une petite Madame Soleil », « Little Miss Sunshine », dans la version originale.

C’est l’histoire d’un tube qu’on a placé comme une valise de dollars, pour qu’il rapporte le maximum d’intérêts. Les producteurs du morceau ont d’abord pensé à Britney Spears pour "Umbrella". Mais celle-ci n’a pas chanté ce morceau parce que sa maison de disques a refusé, sans même la consulter. Après pas mal de tractations, "Umbrella" échoit à Robyn Fenty, dite Rihanna, une gamine de 19 ans, qui vient de la Barbade. En 2007, alors qu'elle publie des albums depuis déjà deux ans, elle transforme son destin en l’espace de 26 secondes, le temps du refrain de ce morceau.

Il y a quelques mois, la chanteuse française Chris (anciennement Christine & the Queens) s’est vue accusée de plagiat parce qu’elle avait utilisé une boucle instrumentale d’un logiciel musical dans l'un de ces morceaux. Les producteurs américains de la chanson "Umbrella" ont procédé exactement de la même façon et, à l’époque, cela n'avait provoqué aucune réaction. "Umbrella" s’est en effet construit à partir d'un rythme de charleston et de caisse claire trouvé, lui aussi, dans un logiciel musical gratuit.

Si l'on fait une compression du morceau, c'est-à-dire si l'on rapproche tout ce qui fait événement, on trouve, après ce premier rythme, des claviers qui font prendre à la chanson un premier virage vers la pop synthétique. Un second virage est ensuite opéré vers le hip-hop, cette fois-ci, en balisant le parcours avec des notes de basses.

Cela ménage une attente au cours de laquelle Rihanna chante : 

Tu resteras mon étoile et tu auras toujours besoin de moi.

Tout cela finit par mener à la saturation sonore du refrain, un refrain que Rihanna attaque par un mot : « Because... »

« Parce que... » Et parce quoi ? 

Parce que quand le soleil brillera, on brillera tous les deux !

Quand soudain, Rihanna ouvre son parapluie comme un petit coin de paradis. La protectrice, c’est elle, et pas son fiancé. « Parapluie » se dit en anglais « umbrella ». Elle en répète les dernières syllabes qu’elle balance comme des coups de reins.

Dans son livre intitulé Hits ! Enquête sur la fabrique des tubes planétaires, le journaliste américain John Seabrook explique que ces syllabes répétées proviennent du monde de la publicité. Tricky Stewart et Kuk Harrell, les producteurs du morceau ont commencé par gagner leur vie ainsi : en chantant et composant des jingles publicitaires.

"Umbrella", symbole de l’industrialisation des tubes des années 2000, n'en est pas moins un joyau pop, entré dans nos vies, avec ses paroles tendres, que Rihanna interprète avec sa touche : altière, sexuelle et glacée.

la suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: Rihanna s'impose en 2007 comme une pop star planétaire, grâce à "Umbrella", impeccable single de son album 'Good Girl Gone Bad' © Getty / Thomas Starke
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.