Il y a 20 ans, l’Américaine Lauryn Hill, jusqu'alors chanteuse des Fugees, publiait un album solo devenu un classique. Elle en célèbre l’anniversaire avec une tournée mondiale qui fait escale à Paris pour deux jours en ce mois de novembre 2018. Pop & Co est dédié à ce disque intitulé “The Miseducation of Lauryn Hill”.

Mais qu’est-ce que c’est que ces connards ?

Lauryn Hill parle de ses deux collègues à son manager. C’est la seule fille du groupe de rap Fugees et elle a l’impression de ne pas être traitée à sa juste valeur. En plus, elle a des comptes à régler avec celui des deux dont elle a été amoureuse, Wyclef Jean. Alors elle annonce qu’elle plaque tout : le groupe et le gars qui va avec, pour faire son disque comme elle l’entend. Et elle rappe :

Mon émancipation n’entre pas dans ton équation. Tu as peut-être conquis plusieurs filles, mais il y en a une que tu as perdue.

En 1998, l’histoire du rap est déjà marquée par des femmes puissantes : de Missy Elliott à Queen Latifah. Lauryn Hill n’est donc pas la première, mais l’impact mondial de son album enfonce le clou : les femmes font partie du rap, pas seulement avec leurs seins dans un clip, mais avec leur talent.

A 23 ans, Lauryn Hill affirme d’autres thèmes que l’ego trip ou la chronique de la violence urbaine. Elle revendique le rap pour parler d’amour sous toutes ses formes : sexuel, sentimental, maternel. La maternité, elle en fait même le sujet d’un morceau. Elle chante qu’on lui conseillait d’avorter, avec ces mots :

Pense à ta carrière, pense avec ta tête chérie.

Elle décide de garder l’enfant, elle l'appelle Zion. Sur la chanson qui s'intitule "To Zion", Carlos Santana l’accompagne à la guitare.

The Miseducation of Lauryn Hill connecte le rap avec l’histoire musicale de la diaspora africaine. On y entend des chœurs gospel, du reggae, du R & B, de la soul. Dans le morceau "Doo Wop (That Thing)", elle joue avec les harmonies vocales des années 1950 et 1960. Et à ces volutes, Vada Nobles, producteur, ajoute le rythme lourd du hip-hop.

Le succès et la qualité de cet album confirment que le rap ne se réduit pas au cliché d’une virilité bourrée de testostérone. Et cela ouvert la voie à des femmes autant qu’à des hommes...

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
En 1998, quand paraît son premier et unique album solo, Lauryn Hill a 23 ans. © Getty / Anthony Barboza
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.