Le label de salsa Fania réédite sept titres de son prestigieux catalogue. Pour l'occasion, 'Pop & Co' dresse une histoire de poche de ce genre musical, jalonné par Fania.

Parce que la salsa est née avec Fania Records. Ça s’est passé à New York en 1964. À l’époque, ça fait deux ans que le blocus est appliqué contre Cuba. Avec l’embargo, on ne peut plus écouter de musique venue de l’île de Fidel Castro. Un musicien dominicain du nom de Johnny Pacheco va pallier ce manque en créant le label Fania, avec l'aide de son avocat.

Ce sont les fondateurs de Fania Records qui choisissent le mot « salsa » pour nommer la musique qu’ils éditent. Et « salsa », ça veut dire la sauce.

Une sauce qui fédère toute la communautélatino-américaine. Une sauce qui mélange musique cubaine, sons caribéens, funk, soul et jazz. Une sauce qui va devenir la bande son du New York des années 1960 et 1970.

Parmi les albums réédités aujourd’hui, il y a l’excellent Cosa Nuestra de Willie Colon. Willie Colon est un gamin qui vient du Bronx. Il est tromboniste. Sur la pochette de son disque, il pose avec cigarillo et costard. Et à ses pieds, on voit un cadavre, roulé dans un tapis.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.