L'album culte 'Mezzanine' de Massive Attack fête ses 20 ans en 2018. L'occasion de revenir dans 'Tubes & Co' sur "Teardrop", un morceau dont on dit qu'il est idéal pour les ébats sexuels. Pourtant, 'Mezzanine' est l'album de la discorde pour le groupe de Bristol et cette chanson est teintée de la mort de Jeff Buckley.

Grant Marshall du trio de Bristol de Trip Hop "Massive Attack", dit Daddy G., se produit, le 16 juillet 1999 sur la scène du festival des Vieilles Charrues
Grant Marshall du trio de Bristol de Trip Hop "Massive Attack", dit Daddy G., se produit, le 16 juillet 1999 sur la scène du festival des Vieilles Charrues © AFP / Emmanuel Pain

À l'occasion de la date du vingtième anniversaire du disque Mezzanine de Massive Attack, le magazine canadien Urbania demandait à ses lecteurs

C’est quoi pour vous cette chanson ? 

Réponse majoritaire, en substance :  

"Teardrop", c’est la meilleure des chansons pour faire l’amour. 

La bande-son exacte d'un drôle d’état : l’excitation anticipée d’une belle euphorie et l’angoisse d’un ratage total.  Si, aujourd’hui, les statistiques racontent qu’un tube doit vous accrocher en moins de 10 secondes,  il y a 20 ans, Massive Attack prenait le temps de déployer une minute  complète d’instrumental au bout de laquelle la voix d'une femme vous  délivre. 

"Teardrop", chanson idéale pour faire l’amour, est composée par trois garçons : Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom).  Trois garçons constamment à deux doigts de la baston. Il a donc fallu  l’intervention d’un quatrième homme, un "Casque bleu des studios", pour  calmer les esprits. Il est producteur et ingénieur du son et s’appelle Neil Davidge. Un jour d’avril 1997, dans le Christchurch studio de Bristol, Neil Davidge pianote quelques notes au clavecin. Sa ritournelle qui tourne en boucle sera la fondation de "Teardrop" : un motif originel autour duquel 5 minutes et 30 secondes de musique vont être bâties. 

L’étape suivante pour la construction de ce morceau, c’est la pulsation. Grant Marshall et Robert Del Naja la piochent dans un album paru en 1974. Un album de jazz électronique signé Les McCann. Le morceau de McCann qui a inspiré "Teardrop" s'intitule "Sometimes I Cry".  

"Teardrop" crée ainsi la modernité musicale des années 1990 et du siècle à venir avec un son de clavecin et du jazz des années 1970. Massive Attack invente aussi une nouvelle façon d’être dans l’industrie de la pop. Alors que l’on associe volontiers un groupe à la voix de son interprète,  celles de Massive Attack sont multiples. Pour chaque morceau, le trio  établit un casting, comme pour un film. Celle qui jouait le mieux le contraste avec la noirceur de "Teardrop" s'appelle Liz Fraser. « Teardrop » signifie « larme ». Elizabeth Fraser l’a chantée en hommage au musicien Jeff Buckley, qui venait de se noyer dans les eaux du Mississippi. 

"Teardrop" est une chanson entre la vie et la mort. 

la suite à écouter...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.