Que l'on soit de Longwy, Meurthe et Moselle, ou de la banlieue de Manchester, le panache des quatre garçons prolétaires de Joy Division a de quoi bouleverser tout·e auditeur·rice. Avec "Love Will Tear Us Apart", Ian Curtis et ses acolytes signent un tube détaillant l’histoire d’un couple rongé par la routine.

Ian Curtis, chanteur de Joy Division
Ian Curtis, chanteur de Joy Division © Getty / Chris Mills/Redferns

Une rediffusion de la chronique du 21 septembre 2018.

Les garçons de Joy Division venaient de la banlieue ouvrière de Manchester, un endroit que les manuels d'histoire-géographie qualifient de "post-industriel". Pour quiconque viendrait d'une région ouvrière, en Angleterre ou en France, le fait que ces quatre jeunes prolétaires aient autant de panache représentait comme un rêve devenu réel. Joy Division, au milieu des crassiers et des usines en friche, ça claquait. Ce qui est sûr, c’est que Joy Division, c’était gris comme le ciel de Longwy, Meurthe et Moselle.

Et pourtant le morceau "Love Will Tear Us Apart" est sorti aux beaux jours, en été, en juin 1980.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.