Il s’appelle Georgio et il vient de publier un nouvel album, “XX5”, on peut aussi dire 25, c'est le titre de ce disque et l'âge de son capitaine.

25 ans, c'est jeune pour dresser un premier bilan. Mais entre ses trois albums parus et les dizaines de morceaux qu’il a mis en ligne gratuitement sur le net, Georgio a déjà une discographie conséquente. Ses nouveaux titres font la chronique de sa jeunesse, sans concession ni tendresse. Il n'est pas question de plainte, ni de biceps plein les manches, mais d'une froide lucidité, qui dit : 

J’attends le diable, qu’il me fasse son devis

Georgio écrit les deux pieds dans le réel et le doigt sur le variateur pour jouer avec la vitesse de son débit. Et si sa voix n’est pas modifiée par le logiciel autotune, c’est pour mieux garder l’upercut intact. 

Sur l’album précédent de Georgio, il y avait guitares et pianos qui rapprochaient ses morceaux du format chanson. Pour ce disque-ci, il a travaillé textures et mélodies avec des musiciens qu’on a plutôt l’habitude de croiser dans le registre de la musique électronique, c’est Woodkid, qui fait le plus bouger ses lignes. Georgio écrit plus court et opte pour le chant.

Dans une interview accordée au site abcdrduson, Georgio définissait sa place comme ceci : 

Je rappe pour ces fantômes des quartiers défavorisés, qui voient des épiceries et des taxis phone partout quand ils sortent de chez eux, mais qui ne se retrouvent ni dans le rap caillera, ni dans le rap technique

80 dates de concert sont annoncées en 2019 :

  • Le 15 février à la Sirène de La Rochelle 
  • Le 15 mars au Zénith de Paris

La suite à écouter... 

  • Légende du visuel principal: "XX5", nouvel album de Georgio, a paru sur le label Panenka Music © Aucun(e)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.