Rebecca Manzoni met à l'affiche de Tubes & Co le morceau "Águas de Março" d’Antônio Carlos Jobim, dans la version qui l'a rendu célèbre : celle de son auteur et de la chanteuse Elis Regina.

Tom Jobim en concert dans les années 1980
Tom Jobim en concert dans les années 1980 © Getty / Tom Copi/Michael Ochs Archives

Rediffusion du 12 avril 2019.

Écoute. Tu sais, il y a ce mec-là, qui coupe du bois, de l’autre côté de Rio. Imite-le, ça te donnera le rythme.

Curieusement, on ne pense pas du tout à un type qui coupe du bois quand on écoute "Águas de Março". On pense plutôt à une musique de début du monde. Petit à petit, tous les instruments vont épouser le débit de Jobim et Regina. 

Au Brésil les "Águas de Março", les eaux de mars, annoncent la fin de l’été et le début de l’automne. Tom Jobim se sert de l’image pour raconter les cycles d’une vie d’homme, avec les visions et les sensations qui les jalonnent. Il fait l’inventaire d’événements à la fois minuscules et importants ; il les énumère sans hiérarchie :

Un geste, un visage de dégoût, une marche de promeneur, la mort, un oiseau sur le sol.

C’est ainsi que fonctionne la mémoire : cela ne fait pas toujours le tri. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.