1960. La télé ne trône que dans 17% des foyers français. Et avec la petite mise en scène qu’il permet, ce morceau est idéal pour ce nouveau média : transats rayés, bouées canards et cabine de plage où Dalida se planque, pour dérouler un sketch en trois actes...

Nous sommes en 1960. Le Président de La République s’appelle Charles de Gaulle, sa femme se prénomme Yvonne et les filles déambulent dans les rues en jupes Gérard Pasquier. 

Il n’y a que Brigitte Bardot pour poser en bikini sur une plage de Cannes dès 1953. 

En 60, dans une France qui goûte aux loisirs estivaux, l’uniforme de la femme honnête, c’est donc le une–pièce. Sur les plages de l’Atlantique, le bikini est interdit, il n’est autorisé qu’en Méditerranée et va devenir l’emblème de la French Riviera.

Pourtant au départ, Itsy Bitsi Petit Bikini est la reprise d’un tube américain paru quelques mois plutôt et interprété par Brian Hyland, alors tout juste âgé de 16 ans. 

Les paroles sont adaptées par Lucien Morisse, patron musical d’Europe 1 et futur mari de Dalida. Itsi Bitsi Petit bikini, c’est l’illustration de l’économie de la reprise dans l’industrie musicale française de ces années - là. En un mois à peine, ils sont 3 sur le coup : Dalida, Richard Anthony et Johnny Hallyday, qui commente :

Jamais on ne m’avait fait chanter un truc aussi débile.

La suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: Dalida à la piscine de l'hôtel Hilton de Rome, en 1965 © Getty
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.