Pour la parution de la biographie 'Jean-Claude Vannier - L'Arrangeur des arrangeurs', signée de Rémi Foutel et Julien Vuillet, 'Pop & Co' s'arrête sur la carrière de celui qui est, à n'en pas douter, l'un des plus grands musiciens français du XXème siècle, avec une discographie qui relie Mike Brant à Gainsbourg.

Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Brigitte Fontaine et même Mike Brant ont un point commun : tous ont travaillé avec l'un des plus grands musiciens français. Il s’appelle Jean-Claude Vannier. _Jean-Claude Vannier - L'Arrangeur des arrangeurs_est une biographie qui lui est dédiée, signée Rémi Foutel et Julien Vuillet et parue récemment aux éditions Le Mot et Le Reste. Au début de celle-ci, Jean-Claude Vannier raconte une conversation au téléphone, avec sa mère. C’est très bref. Elle lui demande :

- Alors tu es musicien ?        
- Oui        
- Mais je ne t’entends pas à la radio !

Et elle raccroche. Or, dès la fin des années 1960, il est était véritablement très aisé d’entendre le talent de Jean-Claude Vannier en allumant, la radio : Sylvie Vartan, Michel Polnareff, Jacques Higelin et Brigitte Fontaine ou encore Johnny Hallyday. Les arrangements de "Que je t’aime" sont en effet signés Vannier.

Lire la biographie de cet homme, c’est mettre la tête dans le moteur de tubes que l’on connaît tous. Vannier raconte qu’orchestrer un morceau pour Johnny était comme créer un personnage tel un héros de western. Pour le côté passionnel du refrain, c’est lui qui a l’idée des cuivres. Il y a des trompettes, des trombones et des cors dans ce morceau. Or, les cors, c’est incongru dans la variété de l’époque

Jean-Claude Vannier - L’Arrangeur des arrangeurs, détaille à quel point cet homme nous a façonné l’oreille en faisant entrer des sons inhabituels dans la pop française. Il s'avère par surcroît que son talent continue d’inspirer. Les rappeurs piochent en effet dans les disques qu’il a orchestrés.

En 2009, l’Américain Eminem publie le titre "Crack a Bottle", dont la musique provient, ni plus ni moins, d’une chanson que Jean-Claude Vannier a orchestrée pour... Mike Brant ! Elle s’intitule "Mais dans la lumière" et a paru en 1970.

Jean-Claude Vannier a marqué profondément la musique française avec une sophistication discrète mais reconnaissable entre toutes. Son usage des cordes est par exemple l’une de ses singularités. On l'entend particulièrement sur l’album de Serge Gainsbourg _Histoire de Melody Nelson_. À la sortie de ce disque, Jean-Claude Vannier n’est crédité que comme orchestrateur, alors que c’est lui qui en a composé 6 des 7 morceaux. Seulement, Gainsbourg ne voulait pas que ça se sache. Vannier résume :

Serge faisait le baratin, moi, je faisais la musique.

C’est précisément la musique qui inspire les textes : la dramaturgie des compositions de Vannier conduit Gainsbourg à imaginer qu’une nuit, une Rolls égarée percute une gamine qui s’appelle Melody.

la suite à écouter...

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.