du 23 au 27 février, Didier Varrod programme dans Pop & Co une semaine de nouveautés musicales

Découvrons ce matin le deuxième album – qui sort lundi- de la chanteuse Madjo, dont vous nous aviez fait découvrir l’univers captivant de ses premières chansons il y a déjà presque 5 ans !

Extrait de « Choose the Heart »

Madjo
Madjo © Radio France

Madjo a donc pris le risque d’un temps qui n’est pas celui de la pop lorsqu’on débute. Le temps précieux de la ressource, et de la recherche introspective. Avec l’envie d’interroger la perspective d’une autre existence, de scruter les mystères de notre perception jusqu’à aboutir à cet album « Invisible world » directement inspiré des mots de la romancière Frédérique Deghelt qu’elle cite volontiers : "Si l'on doit admettre que ce qui ne se voit pas n'existe pas et ne mérite pas de nom, alors notre naïveté est sans bornes" C’est extrait d’un livre « les brumes de l’apparence» et effectivement, on sent confusément que Madjo fut longtemps aux prises d’une volonté tenace, celle de sortir du brouillard des questionnements liés à sa propre généalogie familiale. Retour aux sources donc dans la maison d’origine, Evian, villa Madjo, la bâtisse familiale contraction des prénoms des anciens propriétaires Madeleine et Joseph. La délocalisation est en marche et Madjo écrit, compose, et se soigne. Et se déleste de son héritage invisible.

Extrait de « Ego stolen »

Tout est dans la percussion, la vitalité du rythme est rédemptrice. Avec Madjo la musique c’est physique, charnel, les peaux organiques et électroniques créent des matières sonores en mouvement perpétuel sur laquelle sa voix en feu découpe le tissu.

Mais disons-le aussi tout net : la voix de Madjo, cette voix si humaine, si proche, si implorante est tellement belle lorsqu’elle est seule, près de nous, en intimité.

Extrait de « Shine »

Dans son dernier clip magnifique et très spectaculaire, Madjo se transforme en alpiniste, en pleine ascension sur l’Aiguillette d’Argentière aidé par une sorte de chamane danseur, double de sa conscience, qui l’aide à réussir sa périlleuse escalade. Au sommet, pas besoin de planter un quelconque drapeau. Madjo domine sa propre peur. Elle est au-dessus du monde. Et nous avec.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.