« Haut les filles ! », comme on dirait « Haut les cœurs », est le titre d’un documentaire de François Armanet, dans les salles le 3 juillet. Les femmes définissent le présent et le futur du rock : tel est le sujet de ce film.

Haut les filles ! rappelle qu’être une femme dans le rock, c’est d’abord prendre une liberté. Celle d’être soi-même, quelques soient les codes imposés.

Co-écrit par François Armanet et Bayon, le film laisse toute la place à la parole de dix femmes qui ont entre 27 et 80 ans. Camélia Jordana, Brigitte Fontaine, Jeanne Added, ou Françoise Hardy.

Le film évite généralités et propos convenus en adossant la question collective du féminisme à des témoignages et des parcours singuliers. Mais toutes les questions soulevées par les expériences uniques de ces artistes se rejoignent.

Exemple : une voix de femme dans le rock ou la pop, ce serait quoi ? Réponse avec Imany.

Entre interviews et images d’archives, Haut les filles ! fait la part belle à des séquences de concerts et à la séduction assumée que ça suppose.

Pour Vanessa Paradis, le live est l’occasion d’affirmer sa fierté d’être une femme.

La scène pour la jouissance de prendre sa vie en mains et de perdre le contrôle dans le même temps. Et voici Jenny Beth du groupe Savages.

Si la musique peut être le reflet ou l’écho d’une époque, le film montre aussi qu’elle la précède, qu’elle initie des changements. Et pour ça, les femmes ont joué le premier rôle.

En 2019, à l’heure où les magazines que l’on dit féminins nous enjoignent à l’éternelle jeunesse, les rockeuses sont là pour assumer le temps qui passe et bousculer la décence au passage. Brigitte Fontaine, en majesté.

  • Légende du visuel principal: Imany © Sonia Sieff
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.