"Shaolin Soul, épisode 4", quatrième épisode d'une série de compilations qui rassemblent des joyaux méconnus de la musique soul, est au programme du Pop & Co de Rebecca Manzoni ce lundi matin.

C’est le genre de disques que l’on écoute en étant fébrile parce que, dans chaque épisode, ou volume, de cette collection intitulée Shaolin Soul, il y a une révélation. Quand a paru l’épisode 2, il y a presque 10 ans, cette révélation s'appelait Labi Siffre, c'était un Anglais

En 1975, Labi Siffre publiait "I Got The...", une chanson que beaucoup connaissent sans le savoir. Parce que, 25 ans plus tard, les rappeurs Eminem et Dr. Dre ont popularisé un motif échantillonné de cette chanson (à 2 minutes 30) dans le monde entier avec le tube : "My Name is" !

L’ambition première des compilations Shaolin Soul, c’est de faire découvrir les œuvres originales qui ont été échantillonnées et qui ont nourri le rap depuis les années 1990. L’idée fut lancée il y a 20 ans par Olivier Carrié, DJ et graphiste, qui se fait appeler Uncle O.  Avec Shaolin Soul, episode 4,on peut donc s’amuser à deviner qui a piqué quoi, à l’écoute des 22 nouveaux morceaux réunis ici par Uncle O.

Mais on peut aussi apprécier ces chansons simplement pour ce qu’elles sont, sans chercher ce qu’on leur a emprunté, car chacune d’entre elles est la promesse d’une soirée réussie. Tous les titres de cette compilation parlent d’amour, et souvent plus, parce qu’il y a affinités.

Sur le disque, on trouve une chanson intitulée "Sweet Stuff", interprétée par une certaine Sylvia. Sylvia est en robe longue ; ses ongles sont peints. Et elle a préparé une bouteille de vin à côté du lit. Elle s’appelait Sylvia Robinson. Elle a chanté du rythm and blues, de la soul, avant de devenir la première femme productrice de rap au monde. On la surnomme même « la mère du hip-hop », parce que c’est elle qui en a produit le premier tube mondial. Ça s’intitulait "Rapper’s Delight" par The Sugarhill Gang

Sylvia a donc fini par bâtir un empire, mais elle n’a jamais vécu de grand succès sous son nom propre. La philosophie de Shaolin Soul, c’est aussi de faire revivre des trésors méconnus, des artistes qui ont perdu et qui y ont parfois laissé leur peau. C'est le cas d'Esther Phillips, disparue en 1984, à l’âge de 48 ans, et dont la chanson "That's Alll Right With Me" ouvre la compilation Shaolin Soul, épisode 4.

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
La compilation 'Shaolin Soul, episode 4' a paru le 21 septembre 2018 © Because
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.