Filer la métaphore de l'hôtellerie pour évoquer les ravages de la drogue ? Pourquoi pas... Pour ouvrir une semaine de 'Tubes & Co' dans la matinale de la fin d'année, Rebecca Manzoni a choisi de décortiquer la genèse et l'histoire du célèbre "Hotel California" des Eagles.

On pourrait penser que "Hotel California" est une bluette qui nous veut du bien. À la première écoute, il s'agit en effet d'un slow sans autre particularité que sa longueur : le morceau explose le format habituel de la chanson pour se déployer sur 6 minutes et 30 secondes, soit le temps nécessaire pour rouler un patin sans se précipiter.

Par ailleurs, dans le monde merveilleux des tubes, lorsque l'on pense à la Californie, on visualise aisément le surf, les vagues et les corps jeunes et jolis. Un groupe comme les Beach Boys a façonné cette image d’une Californie où le soleil brille toute l’année.

Dans le cas de "Hotel California", les choses sont vraiment différentes. Le morceau n’est pas qu’une bluette pour emballer filles ou garçons. La Californie comme région rêvée, ici, c’est terminé : cette chanson est le récit d’un cauchemar.

L’histoire d’un gars qui s’arrête au bord d’une autoroute et qui pousse les portes d'un hôtel comme on pousse les portes de l’Enfer. L'endroit possède pourtant quelques atouts séduisants : miroirs au plafond, et champagne rosé au frais.

Seulement, y entrer, c'est y être prisonnier à tout jamais. Car cet "Hotel California" est une métaphore, que les Eagles ont choisie pour évoquer la drogue et son addiction : une fois que l’on a mis le pied là-dedans, on n’en sort plus jamais. Et les garçons du groupe Eagles connaissent très bien le dossier : en février 1977, quand sort ce morceau, Brian Jones des Rolling Stones, Jimi Hendrix, Janis Joplin et Jim Morrison des Doors sont déjà tous morts, l’année de leurs 27 ans, depuis quelques années.

"Hotel California" appartient donc à une époque à laquelle le rock’n’roll a la gueule de bois. Cette chanson de lendemain de fête revêt tout de même l’élégance de guitares cristallines et d’harmonies vocales aériennes.

la suite à écouter...

Cet épisode de Tubes & Co a été diffusé pour la première fois dans la matinale du vendredi 10 octobre 2014.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.