Songs in The Key of Life de Stevie Wonder, un disque qui ne compte pas un, deux, trois, quatre, mais cinq tubes énormes au moins

Avec Songs In The Key Of Life, Stevie Wonder a voulu faire un disque, je cite, « pour tous ceux qui croient en des lendemains meilleurs ». Et ça, déjà à l’époque, ça n’était pas gagné. 

Nous sommes en 1976 : l’Amérique sort à peine de la guerre du Vietnam et du scandale du Watergate.

Les Etats – Unis ont donc la gueule de bois.

Mais, Stevie est là, avec ce disque qui propose une utopie pop. Une bande son de l’optimisme, du refus de la résignation. Et on y croit aux lendemains qui chantent, quand on l’entend se marrer depuis le fond du studio.

C’est le disque d’un homme de 26 ans qui n’a plus rien à prouver. Parce qu’en 76, Stevie Wonder a déjà révolutionné la musique avec 4 albums en l’espace de 2 ans.

Il a fait entrer la soul dans le futur en utilisant le son des synthétiseurs. Il a mélangé, sans souci de hiérarchie, les cuivres du jazz, les guitares du funk et du rock, les percussions latines et les sons synthétiques.

Si Songs In The Key Of Life est une utopie pop. Le disque ne verse pas dans la naïveté pour autant.

La suite à écouter

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.