En 1967, l'Américaine Bobbie Gentry connaissait un succès mondial avec son "Ode To Billie Joe". L'année suivante, elle publiait "The Delta Sweete", un album qui connut alors un échec relatif, avant de tomber dans l'oubli. En 2019, le groupe Mercury Rev lui rend son dû avec "Bobbie Gentry's The Delta Sweete Revisited".

Pour commencer cette chronique, il convient d’abord de rappeler que Marie-Jeanne était un homme. Parce que Marie-Jeanne, qui a donné son titre a une reprise de Joe Dassin, s’appelait Billie Joe à l’origine. Il ne s’est pas jeté dans la Garonne mais dans le Mississippi. Bobbie Gentry est l’autrice, compositrice et première interprète de cette chanson.

Cette chanson date de juillet 1967, en pleine euphorie du "Summer of Love", et Bobbie Gentry fait du suicide d’un garçon le thème d’un chef-d’œuvre de quatre minutes. Billie Joe McAllister, c’est son nom. Elle le dit en entier, comme s’il existait en vrai. C’est une fille qui apprend la nouvelle de sa mort et, sans que jamais cela ne soit dit, on sait que Billie Joe et elle se sont aimés.

Après le succès de "Ode To Billie Joe", Bobbie Gentry publie un second album : The Delta Sweete. Des compositions inédites et quelques reprises dont un morceau intitulé "Big Boss Man". Sur fond de rockabilly, elle a la voix fatiguée de celle qu’un petit chef fait trimer. Et puis, dans le refrain, elle balance : « T’es pas fort. T’es juste grand, c’est tout. »

The Delta Sweete, deuxième album de Bobbie Gentry, sera un échec complet. C’est pourtant un joyau de 12 chansons qui détonnent par leur mélange de country rustique, de pop symphonique raffinée et de musique soul. Quant à la voix de Bobbie, il y a les mots de la chanteuse country Rosanne Cash pour la décrire :

Sa voix me fait penser au corps de Sophia Loren : féminine, sombre et voluptueuse.

Sophia Loren, il faut y penser en écoutant "Mornin’ Glory", une chanson où Bobbie Gentry décrit le bonheur d’un petit matin au lit aux côtés de son homme, avec l’audace de chanter… comme si elle venait de se réveiller.

Et l'on comprend que le groupe Mercury Rev ait choisi de revisiter The Delta Sweete,  album magnifique et méconnu de l’année 1968. Mercury Rev a pris le parti d’une orchestration plus ample et plus onirique que l’original. Par ailleurs, le groupe a fait appel à 12 chanteuses. 12 femmes différentes pour incarner la voix d’une seule. De l’Anglaise Beth Orton à la Norvégienne Susanne Sundfør, en passant par la Française Lætitia Sadier, qui reprend justement "Mornin' Glory".

Bobbie Gentry’s The Delta Sweete Revisited, c’est le nouvel album de Mercury Rev. Pour sa part, Bobbie Gentry a disparu du monde de la musique sans explication en 1981. On ne sait pas où elle vit. Aucune photo d’elle ne circule. La classe.

  • Légende du visuel principal: Pour l'album 'Bobbie Gentry's The Delta Sweete Revisited', le groupe Mercury Rev a fait appel à 12 chanteuses, 12 femmes différentes pour incarner la voix de Bobbie Gentry. © Jess Rotter
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.