À l'occasion de la sortie en salles du film 'Django' d'Étienne Comar, 'Pop & Co' est dédié à la vie et à l'œuvre du guitariste de jazz manouche, Django Reinhardt.

Hollywood, Etats-Unis - Portrait de Django Reinhardt, Aquarium, New York, novembre 1946.
Hollywood, Etats-Unis - Portrait de Django Reinhardt, Aquarium, New York, novembre 1946. © Maxppp / William P. Gottlieb/PHOTOSHOT

Tout le film se déroule pendant l’Occupation, en 1943. Django Reinhardt décide de fuir Paris. Il rejoint Thonon-les-Bains avec sa famille, pour tenter de passer en Suisse.

Dans le film Django d'Étienne Comar, le personnage de Django joue à la guitare une version de La Marseillaise, avec des musiciens tziganes. C’est avec notre hymne national façon jazz manouche que Django et ses amis tentent de convaincre un cafetier de les embaucher. Le patron du café est convaincu. Ou presque.

Django, c’est un créateur de génie qui se fout d’abord de politique et qui joue devant un parterre d’officiers nazis. Parmi ses répliques, il y a celle-ci :

Je suis musicien, je joue de la musique, c’est ce que je sais faire de mieux. Après, qui c’est qui vient m’écouter, c’est pas mon problème.

Sauf que la politique le rattrape : pour les Nazis, la musique est un enjeu, une menace. Django, ou la démonstration que la musique, ça n’est pas que des notes. C’est une vision du monde aussi.

En 1943, la musique de Django Reinhardt est indomptable et insolente par son allégresse. À l’époque, il est en avance sur tout le monde. C’est le premier à inventer la fusion musicale de plusieurs genres. La gouaille de la musette, la variété française (puisqu’il fut accompagnateur de Jean Sablon), la musique classique et le swing.

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.