'137 Avenue Kaniama', le nouvel album de Baloji est un disque qui fait se rencontrer l’Europe et l’Afrique. C'est le disque d’un homme né en République Démocratique du Congo et qui a grandi en Belgique. '137 Avenue Kaniama' est à l'affiche de 'Pop & Co'. Notamment parce que c'est un grand disque.

Au fil des textes de Baloji, on croise Vincent Bolloré, la mouche tsé-tsé ou... le détournement d’un tube de Joe Dassin ! Il a en effet choisi d'intituler l'un de ses morceaux "L'hiver indien - Ghetto Mirador". "Hiver indien", comme un clin d'œil à "L'Été indien". "Hiver indien", soit deux mots et une musique lumineuse, pour dire le quotidien d’exilés Africains, sous le ciel d’une capitale européenne.

Baloji est belgo-congolais, ou kongaulois, comme le dit le titre de l'une de ses chansons. Comment faire pour vivre entre l’Europe et l’Afrique, plus précisément entre deux continents qui se repoussent autant qu’ils s’attirent ? La musique de Baloji serait une réponse possible. Il cale la scansion du rap occidental qu’il a découvert à Liège, gamin, sur des rythmes congolais, camerounais ou nigérians. Baloji est l’un des premiers, un pionnier qui a marié hip-hop et musiques du continent Africain.

Dans une chanson appelée "Tropisme - Start-up", Bajoli utilise des expressions comme « délégation de réconciliation » et parvient à donner du relief à un jargon qui lisse tout pour parler de l’Afrique. Il y a aussi l’expression « issu de la diversité », auquel il répond : 

Je ne suis pas issu de la diversité mais de l’hôpital public. Pluralité minorée. Je descends d’un arbre généalogique.

Tous ses textes méritent qu’on les lise dans le livret du disque. Pour preuve, s'il en fallait, Baloji s’empare aussi de Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer,un roman de Dany Laferrière, pour en faire un refrain. C'est dans la chanson "Bipolaire - Les Noirs", un hymne dansant et malin contre les représentants du néo-colonialisme. En coin, c'est une dédicace à tous ceux qui « aiment visiter les pauvres loin de chez eux ».

Le dénouement de ce morceau, par ailleurs, est très curieux. Comme si la chanson était coupée avant la fin. Au milieu d'un mot. Ce mot, c'est "Bolloré". Avec Baloji, ce dernier ne se retrouve pas seulement dans les chroniques judiciaires, mais aussi dans Pop & Co.

Dans la deuxième partie du disque, les mille-feuilles de rythmes laissent la place à des fresques dépouillées. 

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
'137 Avenue Kaniama', le nouvel album de Baloji, est à l'affiche de 'Pop & Co' © Kristin Lee Moolman
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.