La chanteuse anglaise Tracey Thorn, moitié du duo Everything But The Girl, revient avec un nouvel album intitulé 'Record'.

En tant que citoyenne, Tracey Thorn a participé à la marche des femmes, qui avait réuni 100 000 personnes dans les rues de Londres après l’élection de Donald Trump à la Présidence des États-Unis. Aujourd’hui, Tracey Thorn publie un disque féministe où elle chante : 

J’aime les garçons, les garçons, les garçons, tous les garçons !

Le problème, c’est que les garçons, eux, aimeraient surtout les filles girly, celles qui portent du rose et des paillettes. Ce qui n'est pas le cas de Tracey Thorn. Elle joue avec une mélodie ingénue pour énumérer les cases dans lesquelles on l’a mise : trop grande, voix trop grave et tête de mule.

Tracey Thorn est une femme qui a eu le sentiment d’entrer dans la vie en portant une guitare en bandoulière plutôt qu’un sac à main. Elle est devenue popstar en chantant le tube du duo qu’elle formait avec celui qui est aujourd’hui son mari : "Missing" par Everything But The girl.

Depuis Tracey Thorn a construit une carrière discographique seule et a écrit des livres. En 2013, elle publiait Reine du disco d’intérieur, son autobiographie (non traduite en français). Elle y raconte le moment où on lui demande de chanter. Réponse de Tracey : 

Être derrière le micro, je ne peux pas tant que vous me regardez. Est-ce que je peux le faire depuis l’intérieur de la penderie ?

Et, enfermée dans le placard, Tracey Thorn chanta "Rebel Rebel" de David Bowie. En 2018, et à l’abri d’un studio, Tracey Thorn tient des propos toujours militants, avec cette même voix suave. Elle évoque le Londres des années 1980 qu’elle a connu. Un Londres où tout le monde se foutait de ce que vous portiez, d’où vous veniez et du dieu auquel vous croyiez. Dans le morceau qui s'intitule "Smoke", Tracey Thorn répète plusieurs fois la fin de chaque vers, comme dans une chanson traditionnelle mais sur fond d’électronique. Une sorte de folk des villes.

Au fil d’une interview, parue dans Libération le 6 mars dernier, Tracey Thorn déclarait

En dehors du schéma "je suis jeune et j’ai envie de baiser", la pop accepte un nombre de sujets très limité.

Or, Tracey Thorn a 55 ans et, avec ce disque, on se dit que c’est un âge magnifique. En 9 chansons, elle raconte toutes les étapes de sa vie de femme : son adolescence, ses ex qu’elle continue de lorgner sur Facebook, ses enfants qui quittent la maison... Et le disque se termine par le morceau "Dancefloor" où elle dit : 

Là où j’aime être, c’est sur une piste de danse. Avec mes amis et des verres d’alcool dans le ventre.

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
La chanteuse Tracey Thorn à l'occasion de la parution de son nouvel album, 'Record' (mars 2018) © Edward Bishop
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.