Elle sera à l’honneur de la 43ème cérémonie des César ce vendredi 2 mars. Et, pour l’occasion, 'Pop & Co' célèbre la publication en vinyle de l’intégrale des chansons qu'a écrit pour elle Serge Rezvani.

Et Jeanne Moreau, au cinéma comme dans la chanson c’est l’histoire d’un tourbillon de la vie qui lui a échappé. 

Une chanson signé Serge Rezvani. Artiste peintre, graveur et écrivain. Éclectique et indiscipliné et surtout ami du couple tumultueux que formait Jeanne Moreau et Jean Louis Richard. Rezvani raconte qu’il a écrit cette chanson en les regardant s’aimer et se désaimer sans cesse. C’est François Truffaut qui rattrapera la chanson pour son film Jules et Jim.  Une légende est en marche. Une histoire pas banale. Rezvani devient Cyrius Bassiak pour écrire des chansons, lui qui voulait juste reproduire le miracle du chant des oiseaux. Elle, Jeanne va choisir Rezvani pour devenir chanteuse. De cette fusion de ces deux pluri indisciplinaires va naitre un genre de chanson. Ce n’est pas une voix de cinéma qui se pose sur des mélodies.  C’est une voix qui invente une distance malicieuse dans l’interprétation. Une candeur et une indolence pour oser tout dire avec élégance. Jeanne Moreau c’est définitivement le blues indolent

La réédition de ces deux vinyles est aussi l’occasion de découvrir une chanson totalement inédite du tandem Rezvani/ Moreau

Oui, une chanson qui figurait dans le film « le marin de Gibraltar » de Tony Richardson d’après le roman de Marguerite Duras et que Jeanne interprétait en anglais. Cette même chanson sera reprise par l’actrice Vanessa Redgrave la même année et l’on sourit de la différence d’interprétation. Langueur latine contre cabaret Broadway à la James bond. 

Et, aujourd’hui, grâce à cette ultime réédition des chansons de Jeanne Moreau, on retrouve la version française de cette chanson. Chanson, ou plus exactement document de travail. La voix de Jeanne mélangée aux bruits des vaguelettes. L’histoire fantasque et mytho de Jo le rouge qui a fait le tour du monde, qui a une femme dans chaque port et qui se targue d’être un brin cannibale. C’est une femme qui chante les turpitudes d’un homme. C’est Jeanne qui peut tout chanter, avec sa liberté libertaire dont on ne se lasse jamais   

Jeanne Moreau, la voix humaine chante Rezvani mais aussi le poète Norge. Deux doubles vinyles pour redécouvrir des chansons comme des dragées au poivre. Des chansons d’amour flou qui nous ramènent toujours enlacés dans le tourbillon de la vie.

Légende du visuel principal:
Jeanne Moreau à Montreux, le 4 mai 1963 © Getty / Keystone-France\Gamma-Rapho
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.