Pour son nouvel album, l'auteur-compositeur-interprète Julien Bensé (qui se fait également parfois appeler simplement Bensé) s'est inspiré des grands textes fondateurs de la mythologie et de la philosophie. En toute logique, il a intitulé son disque "L'Odyssée" et Didier Varrod le présente dans Pop & Co.

« Le vocabulaire est un riche pâturage de mots. » C’est ce que nous enseigne la lecture du très long et inépuisable poème d’Homère L'Odyssée qui irrigue le nouvel album de Julien Bensé qui porte le même nom. Audacieux, lettré, c'est un hommage particulièrement émouvant à la poésie comme vecteur essentiel de voyage à l’intérieur de soi et outil de connaissance imparable pour survivre dans un monde absurde. La paternité est passée par là, et fait dire à Julien Bensé :

Condamné·e·s à vivre, nous devons vivre plus fort, c’est tout.

L’Odyssée de Julien Bensé propose une immersion dans une suite de chansons hallucinées, qu’il déploie de sa voix mouillée et nouée, comme une exaltation de la parole pour se réparer.

Les années font l’âge, pas le temps. Crève l’abcès, toute cette rage rentrée dedans. Laisse aller la flamme par le haut. Aux vallées de larmes, à bientôt.

Dans le livret de l’album, Julien Bensé cite un poème d’Ossip Mandelstam : « Homère, la mer, tout par l’amour est mû. » Confronté au mystère camusien de la condition humaine et de la chute morale, Bensé joue avec le monde du silence pour lutter contre les idéologies. En musique, entre folk électronique et mélopées de troubadour, Julien Bensé n’ignore en rien le monde d’aujourd’hui. Parfois les chansons sonnent comme des prémonitions. Il rend hommage à son village d’enfance dans la chanson « Poggio ». Retour entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, dans la solitude extrême, et, tout à coup, des apparitions médiumniques, les drapeaux noirs et blancs de Daesh et la Nuit de cristal.

Julien Bensé, c’est sûr, jubile d’être ainsi à contre-courant puisque comme il se plait à citer Chateaubriand : «  Être dans le vent, c’est avoir le destin des feuilles mortes. » Choisir d’être musicalement au milieu de nulle part, c’est aussi lutter contre la musique comme seul bruit de fond. Une expression artistique streamée, démonétisée, zappée, standardisée qui empêche de dire la Vérité.

« Le monde est beau et, hors de lui, point de salut. » Bensé cite Camus pour espérer la réconciliation entre la nature et l’homme. Il nous dit avec ses 10 chansons à l’os le rôle précieux que la musique peut offrir pour des lendemains qui chantent... à défaut d’espérer le grand soir.

Légende du visuel principal:
'L'Odyssée', nouvel album de Julien Bensé, a paru en décembre 2018. Julien Bensé est en concert le 7 mars à Lyon, au Festival A Thou Bout d'Chant, et le 9 avril au Café de la Danse à Paris. © Caroline Arné
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.