Avant la diffusion, ce jeudi, dans l'émission de Michka Assayas, 'Very Good Trip', du concert exceptionnel qu'a offert Eels aux auditeur·rice·s de France Inter et au public du studio 105 de la Maison de la Radio, 'Pop & Co' se penche sur 'The Deconstruction', nouvel album de Mark Oliver Everett, ou E., ou Eels.

Le 16 juin 2018, Mark Everett et ses trois musiciens choisirent d’entrer sur le ring du studio 105 de la Maison de la Radio sur la musique du film Rocky. Mark Everett est américain, il ignore donc qu’en France, la musique de Rocky est aussi devenue le générique historique des Grosses Têtes. Mais cette ouverture en fanfare a le mérite de souligner l’autodérision et l’ironie du musicien. En effet, rien n’est plus étranger à l’univers de Eels que la gaudriole ou les pectoraux victorieux de Sylvester Stallone. 

Au milieu des années 1990, Mark Everett, dit E., s’est fait connaître avec "Novocaine for the Soul", une chanson qui commençait par ces mots : 

La vie est dure et moi aussi. Tu ferais mieux de me donner quelque chose pour que je ne meure pas.

Mark Everett vient de publier un douzième album ; il l’a accompagné d’un bref laïus de présentation signé de sa main. Il y prévient : 

Je pourrais vous dérouler la biographie habituelle que donne la maison de disques, mais, sérieusement : personne n’en a rien à cirer ! J’ai bien vécu quelques trucs, mais je ne suis expert en rien.

Ces « quelques trucs vécus » font pourtant la justesse d’une œuvre autobiographique qui raconte, comme personne, drames et chagrins d’amour. « Allez ! », dit-il ; le ton de ce nouveau disque est plutôt celui d’un espoir lucide. Dans "You Are The Shining Light", il se donne du courage pour avancer dans ce monde de brutes.

Mark Everett, figure du rock indépendant américain, cultive sous le nom de Eels, un mélange inédit entre les désillusions propres à un homme de 55 ans et l’innocence désarmée d’un gamin. Son érudition musicale lui permet de verser autant dans du Rythm and Blues, avec guitares en fusion, que dans des symphonies de poche. À tout cela s'ajoute sa voix, poncée à gros grains. La discographie de Mark Oliver Everett, c’est à la fois la rusticité de l’homme des bois et la grâce d’une ballerine.

la suite à écouter...

Légende du visuel principal:
Mark Oliver Everett, leader de Eels, publie 'The Deconstruction', nouvel album du groupe. © Gus Black
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.