À l'occasion de sa réédition en vinyle et de sa mise à disposition sur les plates-formes d'écoute en ligne, le tube "Music Sounds Better With You" du groupe éphémère Stardust, comète des beaux jours de la French Touch, passe à la moulinette de Rebecca Manzoni. Nous étions alors en 1998 : football et gauche plurielle...

D’où que ça sorte, d’une voiture à l’arrêt, d’une fenêtre, d’une radio ou d’un téléphone, le début de cette chanson, c’est la flûte de Hamelin du dancefloor : une spirale qui ne vous met pas en marche, mais en branle, comme sous hypnose. Des boucles qui flèchent le parcours tout droit vers la piste.

La chanson date de 1998. Jacques Vendroux hurle « qu’il ne peut plus rien nous arriver » : la France est championne du monde de football. Les 35 heures sont votées, la croissance est de retour, bref : la France n’a pas peur. Elle est prête. Prête à recevoir cet hymne au plaisir et à la sueur, avec des basses monstresses qui cognent le bide autant que les reins, et cette voix, gorgée de sexe, qui prend son temps, dans cette machine du diable. Soupirs et gémissements qu'il faut prendre la peine d’écouter a cappella.

Le groupe s'intitule Stardust. Il réunit un violoncelliste défroqué qui vient de Haute-Savoie, Alan Braxe, un assistant-réalisateur pour la télévision, qui vient chanter, Benjamin Diamond, et la moitié du duo Daft Punk, Thomas Bangalter. Trois garçons qui illustrent la théorie selon laquelle le meilleur plan pour faire un tube, c’est celui de ne pas en avoir. "Music Sounds Better With You" est né d’une jam session. Au siècle dernier, on disait un bœuf. 

Le morceau n’est d’abord disponible qu’en vinyle : ces trois garçons n’avaient donc pas l’ambition d’une conquête mondiale. Mais le vinyle s’épuise vite et, avant l’édition en CD, le phénomène créé une attente, un manque.

La conception de ces 4 minutes et 21 secondes prend une semaine de studio. Une semaine entière pour arriver à l’épure de ce mantra : « Music sounds better with you », « La musique sonne mieux avec toi ». Une semaine entière pour arriver à la simplicité infernale d’une bande-son, entièrement bâtie autour d’un échantillon (sample) de 2 secondes et 10 centièmes. "Music Sounds Better With You" est parti de l’écoute de "Fate", un morceau de la diva du disco Chaka Kahn. Il fallait les oreilles de Thomas Bangalter pour repérer cet extrait et le trio de Stardust pour le faire muter.

En 1998, les graines de l’électro à la française ont été semées depuis quelques années déjà. Dans son excellent livre La French Touch, une épopée électro, Stéphane Jourdain écrit :

Avec Stardust, la French Touch quitte définitivement la pénombre de l’underground et devient la nouvelle variété des années « gauche plurielle ».

Un tube comme un tremplin mondial pour les producteurs et musiciens électro français, quand le rock bien de chez nous n’avait jamais su s’exporter. On appelle ça, une révolution culturelle. 

Thomas Bangalter a choisi de ne pas donner de suite à Stardust. On peut appeler ça le panache.

la suite à écouter...

Ce vendredi 28 juin 2019, "Music Sounds Better With You" est réédité en vinyle et disponible en version remasterisée sur les plates-formes d’écoute pour la première fois.

  • Légende du visuel principal: Avec "Music Sounds Better With You", le trio éphémère Stardust signe le premier tube, mondial et populaire, de la French Touch © Getty /
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.