Cet été 2017, on fêtait le cinquantième anniversaire du "Summer of Love", l'été de l'amour sous le soleil californien. Que reste-t-il, dans la musique, de ce cultissime été 1967 ?

Summer of love 1967
Summer of love 1967 © Getty / Michael Ochs Archives

Danser les bras en l’air sur une pelouse cramée, aux Vieilles Charrues ou à Rock en Seine, c’est l’un des héritages directs du Summer of Love. Parce que c’est pendant l’été 1967 que fut inventée cette nouvelle façon de vivre la musique que l’on appelle un festival rock : communier en masse, dans un coin de verdure pour une grand-messe, avec non pas un, mais plusieurs groupes programmés. C’est à Monterey, joli port de pêche de Californie, que fut créée cette matrice de nos festivals d’été. En juin 1967, JanisJoplin, OtisRedding ou JimmyHendrix se succèdent sur les scènes de Monterey.

Le Summer of Love, c’est aussi l’affirmation d’un geste : casser le matériel. C’est pendant son morceau "Wild Thing" qu’Hendrix fout le feu à sa guitare. Juste avant lui, Pete Townshend des Who fracassait la sienne sur la scène de Monterey.

Au même moment, on observe la transhumance de 100 000 jeunes chevelus vers San Francisco. Face à l’ampleur du phénomène, la première chaîne de télévision française explique aux téléspectateurs du journal de 20 heures ce qu’est un « hippie ». Entre la poire et le fromage, dans la France gaulliste, on apprenait ceci :

Les hippies, c'est un fait, son assez mal vus. Leurs dix commandements, les voici : de la société, tu t'écarteras ; de l'amour, tu t'occuperas ; de la marijuana tu fumeras. And music, music, music.

Car les musiciens de l’époque écrivent la bande-son de l’expérience de la marijuana et autres drogues en stock. Parmi les groupes piliers de ce rock psychédélique, il y a Jefferson Airplane avec "White Rabbit", tube de l’année 1967. "White Rabbit", « Lapin blanc », est une chanson inspirée d’Alice au Pays des Merveilles. Ici, Alice est une gamine sous acide, avec des paroles qui disent :

Si tu vas chasser les lapins, dis-leur que la chenille qui fume le narguilé t’a passé un coup de fil.

Pour le son, ça passe par des volutes de guitares ou par un léger écho sur les incantations de mademoiselle Grace Slick.

la suite à écouter...

>>> Le 22 septembre 2017, à 23 heures, Arte diffuse le documentaire Summer of Love de Lyndy Saville.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.