Pop & Co propose une semaine spéciale dédiée à l'album 'Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band' des Beatles, à l'occasion du 50ème anniversaire du disque.

Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band (couverture de l'album)
Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band (couverture de l'album) © Getty / Michael Ochs

Pour le premier épisode de ce feuilleton musical dédié à cet album mythique, paru en 1967, Rebecca Manzoni répond à la première des questions : comment en est-on arrivé là ?

En prélude à Sgt. Pepper’s..., tout commence à l’été 1966. Les Beatles terminent une tournée mondiale, dans des stades, devant des dizaines de milliers de personnes. La bande-son des concerts, ça n’est donc pas leurs chansons, mais plutôt des cris. Des hurlements continus. Dans Eight Days A Week, le documentaire de Ron Howard qui raconte cette tournée, Ringo commente :

On ne s’entendait pas et on jouait comme des manches. Je regardais le cul de John ou Paul, leurs pieds qui battaient la mesure, pour savoir où on en était dans la chanson.

Alors que les Beatles enchaînent ces concerts géants qui sonnent comme de la mélasse, des Californiens viennent de commettre un chef-d’œuvre. Ils s’appellent The Beach Boys. Brian Wilson, auteur-compositeur, emmène le groupe au sommet. Leur album s’intitule Pet Sounds. Il définit des ambitions immenses pour la pop avec des recherches sonores et des instruments qui vont bien au-delà du trio guitare, basse, batterie.

C’est l’émulation créatrice avec les Beach Boys, à laquelle s'ajoute le dégoût des tournées, qui pousse les Beatles à s’enfermer en studio. Et ils décident de ne plus donner de concerts. C’est inédit. Jusque là, la promo d’un album passait par une tournée. Ça, c’est fini. Et ça change tout. Ne plus avoir le souci de reproduire des chansons sur scène, ça veut dire que tout est permis.

la suite à écouter...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.