Trois ans après le succès, critique et public, de leur deuxième album "Songs for our Mothers", les Anglais mal peignés de Fat White Family sont de retour avec un nouveau disque intitulé "Serfs Up!", qui vient nous rappeler, à leur manière "brute de décoffrage", que le Moyen-Âge est de retour.

« Affreux, sales et méchants. » On a pensé à ce titre de comédie italienne quand les garçons  de Fat White Family ont débarqué il y a cinq ans. Pourtant ils sont anglais. Mais Fat White Family, c’était et c’est toujours cela : le contraire des rockeurs savamment mal rasés prêts à poser pour des publicités de parfums

Fat White Family, têtes de lards du sud de Londres, ont le plaisir d’avancer masqués. Quand on tombe sur le morceau "Oh Sebastian", on pourrait les imaginer emperruqués, mais il ne faut pas oublier... leur sourire édenté. La chanson commence par ces mots : « quoi de plus inspirant qu’un job servile et le salaire de misère qui va avec ? » Ce n'est pas le genre de chose qu’on dirait sur un ton de berceuse. Mais Lias Saoudi, chanteur de Fat White Family, si. 

Au moment de la mort de Margaret Thatcher en 2013, Fat White Family avait peint une banderole sur laquelle on lisait « The bitch is dead! », que l'on peut traduire par : « La salope est morte ». Ils viennent de là, d’une jeunesse qui s’est construite contre l’Angleterre thatchérienne, Margaret ayant été l’une des plus grandes bienfaitrices du rock anglais, contre son gré. Aujourd’hui, le nouvel album de Fat White Family s’intitule Serfs up!, soit, en français, « Debout les serfs ! »... Une façon de signifier que le Moyen–Âge est de retour. Dans une interview aux Inrockuptibles, Saul Adamczewski, pilier du groupe, déclare :

On emmerde le peuple. Notre boulot n’est pas d’avoir raison ou non. Notre boulot est d’attiser l’imaginaire des gens.

L’imaginaire, c’est avoir la sensation d’être embarqué dans des morceaux-trains fantôme avec le souffle de Lias Saoudi sur la nuque.

On les décrit comme des survivants. Un groupe au bord de l’explosion permanente avec drogues et alcool comme carburants. Pour ce disque, ils ont donc décidé de quitter Londres pour la ville de Sheffield.

Parce que c’est froid, gris et chiant : tout ce dont tu as besoin pour faire un disque.

C'est l'opinion de Lias Saoudi. Le résultat pour Serfs Up! : des morceaux plus pop et tenus que ceux qu’on leur connaissait, des arrangements luxuriants, un pied dans le hip hop, un autre dans la pop symphonique et un troisième dans le disco. Mais, quel que soit le registre, Fat White Family, c’est toujours un mélange réussi de paillettes et guenilles.

  • Légende du visuel principal: Le nouvel album de Fat White Family, 'Serfs Up!', a paru le 19 avril 2019 © Getty / Sarah Piantadosi
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.