La réponse à cette question ne figure pas dans cette chronique. Cet épisode de Pop & Co n'en a pas moins le mérite de présenter un disque épatant, qui vient de se placer numéro un des ventes d'albums aux États-Unis et que l'on doit à un jeune homme non moins épatant qui a choisi d'avancer sous une perruque blonde.

'IGOR', nouvel album de Tyler, The Creator, a paru sur le label Columbia
'IGOR', nouvel album de Tyler, The Creator, a paru sur le label Columbia © DR

Sur la vidéo ci-dessous, Tyler, The Creator gémit de bonheur et il filme ses larmes en très gros plan. Il a tweetée la scène ce lundi 27 mai parce que, pour lui c’était la première fois. La première fois, en 10 ans de carrière, que Tyler Okonma, dit Tyler, The Creator, devenait numéro un du top album américain, avec un disque qu’il a composé, produit et arrangé seul.

Attention, bonne nouvelle : les États-Unis d’aujourd’hui mettent en haut du podium un Afro-américain qui avance avec une perruque blonde platine, façon coupe au bol. C’est le personnage qu’il s’est construit pour ce disque. Tyler, le Créateur est le Docteur Frankenstein de l'année 2019. Sa créature s’appelle IGOR. C’est le titre de l’album. 

Le 17 mai, une heure avant la naissance d’IGOR, Tyler, The Creator a envoyé l'avertissement ci-dessus sur les réseaux sociaux. Il y écrit notamment : 

Ne vous jetez pas dedans avec l’espoir d’écouter un album de rap. Ne vous jetez pas dedans avec l’espoir d’écouter n’importe quel album. Juste, allez-y. Jetez-vous dedans.

IGOR se révèle en album-monstre par l’ampleur des genres et des époques qu’il balaie. Ses morceaux sont comme des dédales et, pourtant, on ne s’y perd jamais. Parce qu’au milieu du labyrinthe de ses audaces, Tyler, The Creator nous dit « vous êtes ici », avec l’évidence d’une mélodie. 

Aujourd’hui, l’un des arguments commerciaux pour assurer les ventes d’un album, c’est d’inviter une armée mexicaine de vedettes pour leur participation vocale. C’est la logique de l’algorithme : si vous aimez tel·le artiste invité·e, vous m’aimerez aussi. Or, avec le lancement de son nouveau disque, Tyler, The Creator joue avec ce système établi. Il a d’abord publié IGOR avec son seul nom, sans aucun crédit. Et les réseaux sociaux se sont affolés pour mener l’enquête et trouver l’identité des artistes invité·e·s. Ce mystère a fait grossir l’intérêt pour le disque depuis sa sortie. Quelques jours plus tard, les crédits ont été publiés et l'on sait que l’on croise Kanye West ou Solange Knowles, petite sœur de Beyoncé, dans la créature IGOR.

D’un morceau à l’autre, on suit toutes les étapes d’une rupture amoureuse. Le disque se termine donc avec cette question : « Are we still friends? », que l'on peut traduire en français par « Sommes nous encore amis ? » On y entend les mots, « Can’t we be friends? », titre d’une chanson que Sinatra avait interprété quand Ava Gardner l’avait quitté. Sauf que dans IGOR, on ne sait jamais définitivement si le bourreau des cœurs de Tyler, The Creator est une femme ou un homme.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.