Un noir américain au piano, qui suggère à une fille de remuer son popotin, c’est le programme du Tubes And Co de Rebecca Manzoni ce matin.

Ray Charles sur scène
Ray Charles sur scène © Getty / Express Newspapers

Quelque part dans le Midwest, une nuit de décembre 58. Il n’est pas loin d’une heure du matin. 

Ray Charles et son groupe sont venus là pour animer un bal… et ce sera l’une des dernières fois : ras le bol de se prendre des mandales par des spectateurs avinés.  Ras le bol de jouer sur des pianos qui sonnent comme des caisses à savon. 

Mais ce soir - là, Ray a amené son piano électrique, un wurlitzer.

Il reste encore 20 mn à tenir et il a épuisé tout son répertoire. Alors il décide d’improviser… Ray dit à ses filles et ses gars : « suivez-moi ! »

Et la chanson commence à mettre le feu. Et le public veut acheter le disque !... Qui n’existe pas encore. A l’enregistrement, le morceau dure 7’30’’, alors on le coupe en 2. Un bout sur la face A, l’autre sur la face B. 

Ce tube de l’année 59 qui a changé la musique mondiale est l’histoire d’un musicien qui se laisse porter. Un riff au piano électrique amène une rythmique latino façon rumba accélérée.

La légende raconte que Paul Mac Cartney a décidé de se lancer dans la musique à l’écoute de cette chanson. 

What I say fut enregistré dans un studio minuscule du label Atlantic Records. Quatre prises seulement et c’était dans la boîte. Celle où on entend Ray Charles taper sur ses cuisses a été gardée. 

La suite, à écouter…. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.