La chanteuse et cofondatrice du groupe américain Alabama Shakes s'appelle Brittany Howard. Après une dizaine d'années au sein de son groupe, elle se lance dans un projet solo sous son propre nom. 'Jaime', ce premier album en solitaire, la consacre comme une reine surpuissante.

Elle a cofondé le groupe Alabama Shakes en 2009. Ce fut une nouvelle preuve que soul, rock et funk seraient toujours bien vivants au XXIème siècle. Elle est multi-instrumentiste, guitariste et, sur Jaime,son premier album solo, autrice et compositrice. Une reine qui repousse encore les frontières de son royaume. Elle s’appelle Brittany Howard. Elle a 31 ans ce 2 octobre 2019.

Chacun des 11 morceaux du disque aborde un pan de la vie de Brittany Howard. Elle est fille d’un père noir et d’une mère blanche, elle a grandi dans le Sud raciste des États-Unis. Les pneus crevés de la voiture de son père, la tête de chèvre sanguinolente retrouvée sur la banquette arrière. C’est le récit du morceau intitulé "Goat Head". Elle pose son texte sur un motif hip-hop en évitant le débit mécanique. Elle chante, puis parle, hésite, comme si les mots lui venaient en même temps que remontaient les souvenirs. 

Hip-hop, rythm’n'blues, funk, sons synthétiques qui sortent des claviers fous d’un jazzman qui s’appelle Robert Glasper... Un univers vaste que l’on parcourt comme on feuillette les pages d’une autobiographie.

Dans la chanson "He Loves Me", en réponse à un prêcheur, qu’elle a trouvé sur internet, elle affirme sa spiritualité. Elle, qui a grandi dans le creuset du blues et de la soul, nés de la cuisse du gospel, elle chante :

Je ne vais jamais à l’église. Et je sais que Dieu m’aime. Dieu m’aime, quand je fume des pétards et quand je bois trop.

Aujourd’hui, Brittany Howard est mariée à une femme. Son disque compte plusieurs chansons d’amour comme le coup de foudre d’une gamine pour une fille plus grande.

Dans "Short and Sweet", elle raconte le moment qui précède le début d’une histoire. L’excitation de l’attente et la trouille en même temps. Parce que si l'on attend trop longtemps, on sait que c’est foutu. Brittany Howard chante tout cela en réussissant l’impossible : libre et précise, seule, avec sa guitare

Pour le titre de ce premier disque en solo, Brittany Howard a choisi le prénom de sa sœur ainée : Jaime, décédée quand Brittany avait 8 ans.  Jaime lui a appris le piano et la poésie. C’est une ombre qui la raconte.

  • Légende du visuel principal: 'Jaime', premier album solo de Brittany Howard, a paru sur le label Columbia. © Brantley Gutierrez
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.