C’est par l’humour que Nino Ferrer a fait entrer la langue française dans le rythm’n blues avec des chansons comme « Les Cornichons ». Il est à l'honneur de Pop N'co, une rediffusion d'août 2018.

Nino Ferrer, disparu en 1998
Nino Ferrer, disparu en 1998 © AFP

Comme tout le monde, je n’ai d’abord retenu que la rigolade et le bues. Et puis un jour, tu vas voir « Talons Aiguilles » d’Almodovar. Un homme en minijupe mime « Un Año de Amor » de Luz Casal, la version espagnole d’une des premières chansons de Nino Ferrrer.

Un an d’amour, c’est irréparable

Je me souviens, d'un an d'amour 

Les matins indolents, les soirs de pluie, les vacances et le vent 

Et ton corps blond, de soleil et de sable 

Un an d'amour, c'est irréparable

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On est en 1963, et son style est déjà là. Une poésie à la beauté simple, qu’on retrouve dans « Le Sud »  (1975).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans le bouleversant « La Rua Madureira », servi par des arrangements magnifiques,  Nino Ferrer fait le récit d’un amour fracassé.

Jamais je n’oublierai

Non, je n'oublierai pas la douceur de ton corps   

Dans le taxi qui nous conduisait à l'aéroport   

Tu t'es retournée pour me sourire avant de monter   

Dans une Caravelle qui n'est jamais arrivée.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bossa, soul, funk mais aussi folk et rock progressif : au début des années 70, Nino Ferrer se sert de plus en plus de la chanson comme d‘un laboratoire à musiques. Mais personne ne l’écoute. Il en souffre s’isole de plus en plus et devient visionnaire. Ferrer est le premier à se donner les moyens d’enregistrer chez lui. 

Nino Ferrer est un pionnier du home studio. Dès le milieu des années 70, il écrit, compose, chante, produit à domicile. « Mint Julep », extrait de « Nino & Radiah », premier album qu’il produit à la maison, est entièrement en anglais. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

• ÉCOUTER - Un coffret hommage 'Et toujours en été...' par Barclay 

• LIRE - Une biographie 'Nino Ferrer un homme libre' signée Henry Chartier 

Bonus vidéo / Les cornichons : le multipistes

L'équipe
Contact