Juniore, trio français mené par Anna Jean (fille de l'écrivain J. M. G. Le Clézio), publie 'Un, deux, trois', un deuxième album qui mêle sonorités yéyés venues des sixties et onirisme féerique, qui évoque un univers de films d'horreur ou de science-fiction. À la fois "pop" et "dark", Juniore est dans Pop N' Co.

Parmi les choses étonnantes que l'on peut remarquer à propos de Juniore, c'est que le groupe a reçu, et reçoit, un bel accueil en Angleterre… avec des chansons qui ont pour titre des expressions françaises intraduisibles. Parmi celles-ci : "Ah bah d'accord", qui dit justement le désaccord, avec un soupçon de consternation. (On peut ainsi se demander, dans le cadre de cette chronique, à quoi bon faire des phrases, quand Juniore sait utiliser trois mots seulement.)

Anna Jean chante autant qu’elle parle : zéro lyrisme dans son interprétation, mais des tas de nuances d’intonations. Rien que cela, ce ton, détone dans nos quotidiens où tout est à fond : les trouilles, les colères, les enthousiasmes, hérissés par des points d’exclamation. Anna, non et c’est ça qui est bon. Juniore se moque de la gravité qui envahit tout avec un sourire en coin. 

"Grave", c’est même le titre d’une autre de leurs chansons. Anna Jean joue avec tous les sens du mot. « Grave », c’est la hauteur d’une voix, c’est l’urgence d’une situation et, aujourd’hui, dans le langage courant, on l’utilise à tout bout de champ. Exemple : 

- Tu veux une bière ?                  
- Grave !

Le groupe puise dans les sons des années 1960 : les twists ou les slows des yéyés. L’esprit du disque s’inspire plus de l’ironie de Jacques Dutronc ou de la mélancolie de Françoise Hardy que de la joie innocente de Sheila. À cette bande-son, Juniore mélange l’univers musical du cinéma de genre : le western, le film d’horreur ou de science-fiction. Avec sa voix réverbérée, Anna Jean devient créature cosmique, comme c'est le cas sur la chanson intitulée "Que la nuit".

Musique chic, trio de choc

Juniore réunit Anna Jean au chant, claviers et guitares, Swanny Elzingre à la batterie et Samy Osta, musicien et producteur, qui a aussi posé sa patte sur les disques de groupes comme La Femme ou Feu! Chatterton. L’album de Juniore s’intitule Un, deux, trois, ce qui renvoie autant à l’effectif du groupe qu’au décompte que l’on peut faire pour prendre son élan, avant de lancer une chanson, de souffler des bougies ou de sauter dans l'eau.

  • Légende du visuel principal: 'Un, deux, trois', nouvel album de Juniore, a paru le 28 février 2020 chez Le Phonographe. Le groupe est en concert à Paris, à la Maroquinerie, le 7 avril, et à la Gaîté lyrique le 23 octobre © Apo Thuillet
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.