Ce vendredi, on se lève et on bouscule... ses habitudes ! C'est Claude François avec son "Comme d'habitude" qui est à l'honneur dans Tubes N' Co. Une chronique avec de vrais morceaux de Frank Sinatra, mais aussi de David Bowie, qui est en effet passé à deux doigts de signer l'adaptation en anglais du titre !

Outre celui entre Claude François et David Bowie, détaillé plus bas dans cette chronique, il y a également un point commun entre Claude François et Michel Houellebecq. Houellebecq estime en effet que :

Dans une chanson, il faut gagner dès la première phrase.

Et cet exploit, Cloclo l’a réalisé avec "Comme d'habitude". Malgré le titre du morceau, répété 29 fois en quatre minutes, c’est sa première phrase qui en fait la signature. 

Je me lève et je te bouscule.

Ces premiers mots, « Je me lève et je te bouscule », semblent avoir été écrits par Charles Aznavour. Pourtant, la phrase est de Claude François. La suite de la chanson est écrite par Gilles Thibaut, tandis que la musique est composée par Jacques Revaux. Il y a toutefois un nom que l’on oublie dans cette histoire. C’est celui du musicien qui a signé les arrangements haute-couture du morceau. "Comme d’habitude" fut enregistré à Londres, sous la baguette de David Whitaker, avec cordes somptueuses, pizzicati qui délestent l’histoire et « poupoupoupous » qui consolent. David Whitaker, arrangeur pour Gainsbourg ou Marianne Faithfull, met ici son talent d’orfèvre de la pop des années 1960 au service de Cloclo.

Deux ans après Claude François, Frank Sinatra donne un écho mondial à "Comme d’habitude", dans une adaptation signée du Canadien Paul Anka. Anka ne garde rien du texte initial, il écrit les paroles du point de vue de Sinatra. "My Way" devient l'histoire d’un crooner sur le déclin, mais qui a la fierté d’avoir vécu réussites et échecs… à sa façon.

Ce qui moins connu, c'est qu'avant que Sinatra n’interprétât "My Way", l’adaptation de "Comme d'habitude" fut proposée à un Anglais débutant : David Jones, plus connu sous le nom de David Bowie. Il existe une maquette sur laquelle on entend Bowie vérifier le rythme de son texte, en posant sa voix sur l’original, interprété par Claude François. Quand on l’écoute faire, on a l’impression d’entrer dans sa chambre. C’était en 1969, il y a 50 ans. 

L’adaptation de Bowie s’intitule "Even A Fool Learns To Love", que l'on pourrait traduire en français par « Même les imbéciles apprennent à aimer ».  En termes d’écriture, nous ne sommes pas très loin de Francis Lalanne. Lorsqu’il découvre que l’adaptation ne lui est pas échue, grande est sa déception. Il confiera plus tard :

Après ça, j’ai écrit "Life On Mars", qui est une sorte de parodie de Sinatra, mais dans un style rock. "Life on Mars", c’est "My Way", mais à ma façon.

Au dos de la pochette de Hunky Dory, l’album sur lequel figure "Life On Mars", on peut lire, à côté du titre de la chanson : « inspirée par Frankie ». De Claude François ? Nulle trace. Pourtant, lui aussi, tente d’être un crooner, pour érotiser les foules. Mais il ne l’était pas. À la fin du morceau, il reprend ses habitudes de chanteur rythmique, en donnant des coups de talon sur chaque consonne.

Dans son autobiographie, Ma vie en chansons, le compositeur Jacques Revaux commence l’histoire de "Comme d’habitude" par cette phrase : « J’étais parti prendre mes quartiers à Megève. À l’époque, je n’avais encore pensé à m’acheter un pied-à-terre. »

Il y a fort à parier que, depuis, Jacques a pu s’offrir plusieurs pied-à-terre savoyards.

  • Légende du visuel principal: Sortie en 1967 dans sa version originale française, la chanson "Comme d'habitude" de Claude François connaîtra un succès mondial grâce à "My Way", son adaptation en anglais par Frank Sinatra © Getty / André Sas / Gamma-Rapho
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.