Le 27 octobre 2019, c'est le vingtième anniversaire du premier album du 113, 'Les Princes de la ville'. Auréolé de deux Victoires de la Musique en 2000, ce disque, avec son tube "Tonton du bled" et DJ Mehdi aux manettes, achevait de placer le Val-de-Marne (94) sur l'échiquier du rap français. Album culte.

Pour beaucoup, le 113, c’est un souvenir télévisé, d’abord : les Victoires de la musique, en 2000. Le gratin du show-business est dans les gradins. Quand soudain, arrive sur scène un 504 break avec « 113 » écrit sur le capot et des paquets fixés sur le toit. Ce soir-là, le 113 emporte la récompense du meilleur album rap, mais, surtout, celle de la révélation de l’année, catégorie qui embrasse toutes les musiques, pas seulement celle que l’on dit urbaine. 

Pour le morceau "Tonton du Bled", Rim'K, l’un des rappeurs du trio 113, avait apporté les disques que ses parents écoutaient. Les violons que l’on y entend sont donc issus de Chants et musique d’Algérie, une compilation sortie en 1960. Et le 113 fit un succès qui s’inspirait autant de l’autre côté de l’Atlantique que de l’autre côté de la Méditerranée.

Parce que le 113, c’est la France d’hier et d’aujourd’hui. Le groupe réunit Rim’K, AP et Mokobé : trois Français qui mélangent cultures algérienne, guadeloupéenne et malienne. Trois cultures et une seule banlieue : celle de Vitry, dans le Val-de-Marne, dont ils sont tous issus. Avec "Tonton du bled" figure également sur l'album "Tonton des îles". Des tontons en série, qui s’inscrivent à la fois dans la tradition d’Audiard et qui cultivent leur argot, répandu depuis dans la France entière.

En 1999, le rap est une musique populaire qui a déjà une histoire longue de 20 ans. Le 113 puise dedans grâce au talent d’un producteur, qui s’appelait DJ Mehdi. Le motif électronique qu'il échantillonne dans le morceau "Ouais, gros"provient de "Trans Europe Express", morceau et album publiés par le groupe électronique allemand Kraftwerk en 1977.

Musicalement, le 113, fait un clin d’œil au passé tout en écrivant le futur. Parce que DJ Mehdi, en tant qu'artiste, est précisément à la croisée de l’explosion du rap de cette fin des années 1990 et de l’émergence de l’électro à la française. Il accélère le rythme des morceaux, assourdit, filtre les samples qu’il choisit et participe à l’invention d’une nouvelle esthétique.

Un pied dans le passé, un autre dans le futur et le troisième dans le présent de la jeunesse des années 2000. À la fin du disque, le 113 lui offre un hymne, qui donnera son titre à tout l’album, "Les Princes de la ville".

Pour aller plus loin

Le 12 novembre 2019, à l’Auditorium de la Maison de la Radio, Rim’K participe à la quatrième édition du concert Hip-hop symphonique, avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Chilla, Ninho et SCH font aussi partie de l’affiche. 

  • Légende du visuel principal: Aux Victoires de la Musique 2000, le 113 rafle deux trophées, dont celui de la Révélation de l'année © Getty / ARNAL / Gamma-Rapho
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.