Plus de trente ans après sa première parution, 'Raw Like Sushi', premier album de la Suédoise Neneh Cherry, vient d'être réédité. Se (re)plonger dans ce disque, c'est (re)découvrir une audace, une modernité, un féminisme et une énergie qui ont marqué leur époque et qui n'ont pas pris la moindre ride.

On la connaît surtout pour ses tubes "Woman" et "7 seconds", en duo avec Youssou N'Dour, qui la mettent sur le devant de la scène au milieu des années 1990.

On a eu l'occasion de la (re)découvrir dans Broken Politics, un magnifique album engagé, paru en octobre 2018 et évoqué dans Pop N' Co. Cela fait donc plus de trente ans que Neneh Cherry n'en finit pas de nous épater. Il en allait en effet ainsi dès le démarrage. Pour preuve, le 12 septembre 1989, dans la rubrique intitulée « La semaine de la variété » du journal France Soir, on lisait :

Prenez garde à Neneh Cherry ! C’est une sorcière de la plus dangereuse espèce.

Ce même article de France Soir se concluait par cette phrase :

Mobiliser l’attention comme Neneh Cherry le fait, en plein boum de la Lambada, ça interroge.

Le plein boum, c’était plutôt ce télescopage de house music, de funk, de pop et de rap, incarnée par cette femme de 24 ans.

Le premier succès de Raw Like Sushi, le premier album de Neneh Cherry, s'intitule "Buffalo Stance". Ce nom de Buffalo renvoie à un courant esthétique dont on vit l’écho aujourd’hui encore. Il mettait sur le même piédestal la haute-couture et la mode de la rue. Costards et Dr. Martens. Il bousculait les stéréotypes du masculin et du féminin. Les filles y étaient sexy autant que dures à cuire

Quant au mot « Stance », on peut le traduire par « posture ».

Alors, c'est quoi cette posture ?

Neneh Cherry l’adopte justement sur la pochette de ce premier album Raw Like Sushi : bras repliés sur la poitrine, regard fier et droit. Elle pose avec les mains bandées, comme si elle allait enfiler des gants de boxe, une bretelle de soutien-gorge est baissée sur son biceps. Ce portrait, signé Jean-Baptiste Mondino est aussi celui d’une génération qui revendique le métissage. Neneh Cherry est née d’une mère suédoise, d’un père sierra-léonais et fut élevée par un musicien américain. La génération de Neneh Cherry est aussi la génération dont les filles ont de l’aplomb, quel·le·s que soient leur âge et leurs origines. Dans la chanson "So Here I Come", elle dit :

Je sais où je vais. Je sais d’où je viens. Alors, j’arrive.

Sachant qu’en anglais, « I come », c'est-à-dire « J'arrive, je viens », renvoie aussi à l'orgasme, au fait de jouir.

Tout l’album Raw Like Sushi est fait d’une assurance innocente et d’optimisme. Il paraît en 1989. Le mur de Berlin tombait et tout semblait possible. Le son du futur allait s’écrire depuis le Sud de l’Angleterre : Bristol, avec le groupe Massive Attack. Avant même qu’ils ne soient connus, Neneh Cherry sollicite deux des membres de Massive Attack pour son disque. Ils co-écrivent notamment la chanson "Manchild". Cette même année 1989, Massive Attack remixe "Manchild" et l'on reconnaît déjà la signature du groupe 

Plus tard, Neneh Cherry hébergera et soutiendra le groupe. Sans elle, le premier album de Massive Attack n’aurait pas été le même.

Pour aller plus loin

Raw Like Sushi de Neneh Cherry est réédité en coffrets de 3 CD ou vinyles avec originaux remasterisés et remixes de l'époque et d'aujourd'hui.

  • Légende du visuel principal: La chanteuse suédoise Neneh Cherry avait tout juste 25 ans, en 1989, quand paraissait son premier album 'Raw Like Sushi', aujourd'hui réédité pour son trentième anniversaire © Getty / Michel Linssen / Redferns
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.