Annoncé discrètement sur le site personnel du chanteur australien à la fin du mois de septembre et paru une semaine après, 'Ghosteen', le nouveau disque de Nick Cave and the Bad Seeds, est une bouleversante œuvre de deuil. Le deuil du jeune Arthur, fils de Nick Cave, mort en juillet 2015 à l'âge de 15 ans.

En septembre 2018, sur Internet, Nick Cave ouvrait The Red Hand Files, un lieu de discussion totalement inédit pour un artiste mondialement connu et reconnu. Un échange d’expériences entre lui et des anonymes auxquel·le·s il répond soigneusement, lui-même et sous forme de lettres. À la fin du mois de septembre 2019, Joe, du Sussex, demande : « Le prochain album est pour quand ? » Réponse : 

Cher Joe, c’est pour la semaine prochaine. Ça s’intitule Ghosteen, c’est un double album. Love, Nick.

Un événement annoncé sans manières, tandis que le disque vous fait participant d’une cérémonie, voire d’une liturgie.

Depuis deux albums, Nick Cave et les Bad Seeds se sont libérés des conventions du rock et de la pop. Ghosteen, ce nouvel album, continue la mue : pas de guitares, pas de batterie, ou presque. Mais des chœurs de cathédrale et des synthétiseurs qui enlacent la voix de Nick Cave. La voix d’un homme de 62 ans qui déclame, vacille ou se brise, d’une phrase à l’autre. Sa voix est la seule et unique maîtresse de la mélodie et de la cadence du disque. Chaque morceau avance, pas à pas, vers des lumières pleins feux.

Le titre de l'album, Ghosteen, pourrait se traduire en français par « fantôme adolescent ». C’est un disque de deuil. Celui du fils de Nick Cave, mort à l’âge de 15 ans après avoir chuté d’une falaise sous l’emprise du LSD à Brighton, en Angleterre. Dans un beau documentaire sorti en 2016 et intitulé One More Time with Feeling, Nick Cave raconte sa gêne face aux habitants de Brighton qui le réconfortent. Il  demande :

Quand suis-je devenu un objet de pitié ?

Faire des disques est sa façon de s’en dégager pour une vie à continuer. 

Les chansons de Nick Cave ne mettent plus en scène des personnages sombres ou inquiétants, mais elles racontent la marche d’un homme qui, au fond, n’a jamais fait qu’écrire des chansons d’amour. Ghosteen est fait de souvenirs, de rêves et de visions, comme celle de l’arrivée d’un train qui lui ramène son enfant. Il chante : 

Il y a des choses difficiles à expliquer. Mais mon enfant rentre à la maison. Maintenant. Par le train de 5 heures 30.

  • Légende du visuel principal: 'Ghosteen', le nouvel album de Nick Cave and the Bad Seeds, paraît, dans sa version physique, le 8 novembre 2019 © Kerry Brown
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.